ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Convois nucléaires, un militaire à huis clos
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Convois nucléaires, un militaire à huis clos
lundi 16 janvier 2012

Pour taire les responsabilités dans l’accident de la base aérienne d’Istres plus que protéger sa force de frappe, le ministère de la Défense réclame un procès sans public. A l’étouffée.

Le huis clos, nouvelle arme de dissuasion. Le ministère de la Défense demande le secret des débats au procès aujourd’hui devant la chambre militaire du TGI de Marseille d’un chauffeur de camion de transport de missiles nucléaires. Le parquet de Marseille devrait requérir en ce sens.

Ce caporal-chef de l’armée de l’air, âgé de 28 ans, affecté depuis 2005 à l’escadron de transport de matériels spécialisés (ETMS), doit comparaître seul cet après-midi pour « blessures involontaires », « mise hors service d’un matériel à l’usage des forces armées » et « violation de consignes ».

Un camion vide à 50 millions d’euros ? !

Il conduisait le véhicule spécial renforcé de transport de munitions stratégiques (VSRE) qui s’est renversé le 9 juin 2010 dans la base aérienne 125 d’Istres le blessant avec ses deux passagers dont un très grièvement (LM 16 nov. 2011). L’armée a tu l’événement durant 18 mois avant d’imposer à la presse l’anonymat des hommes de cette unité routière secrète qui a succédé à un peloton de transport ferroviaire dissous en 1993.

Entendu par les gendarmes de la base, le chauffeur avait aussitôt déclaré que « le camion était vide », qu’il venait en remplacement d’un VSRE tombé en panne et qu’il ne répondrait à aucune question concernant le matériel et son contenu couverts par le secret défense. « Préjudice financier pour l’armée : 50 millions d’euros », affirme le dossier d’enquête. Une somme colossale qui sous-tend que s’il ne transportait pas « l’atome », il devait transporter quelques coûteux missiles ASMP. De source judiciaire, on parle à présent de 5 millions de dégâts...

David Coquille

La suite dans La Marseillaise de Lundi 16 janvier.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

12 août 2019 : Le chemin est long de la mer des Caraïbes, de...
5 août 2019 : JAPON : Un fort séisme enregistré au large de Fukushima
3 août 2019 : Saintes : 20 ans d’action pour abolir les armes nucléaires
27 juillet 2019 : Du 6 au 9 août, Saintes commémore les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki
26 juillet 2019 : EDF officialise un nouveau retard d’au moins trois ans pour Flamanville
20 juin 2019 : Nouveau retard pour le réacteur nucléaire EPR : l’autorisation de mise en service est (encore) caduque !
27 mai 2019 : Feu vert pour la planète
24 mai 2019 : Affaire Benalla, armes françaises au Yémen : solidarité avec les journalistes convoqués par la DGSI
21 avril 2019 : Comment résister à la barbarie en cravate ?
8 avril 2019 : Les Gilets Jaunes se structurent
visites :  884711

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs