ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Russie : plus de 20 morts à bord d’un nouveau Sous-marin Nucléaire d’Attaque
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Russie : plus de 20 morts à bord d’un nouveau Sous-marin Nucléaire d’Attaque
dimanche 9 novembre 2008

MOSCOU (AFP) — Plus de 20 personnes ont été tuées et 21 blessées samedi lors d’un accident à bord d’un sous-marin à propulsion nucléaire de la Flotte russe du Pacifique, les autorités affirmant que le submersible est intact et les niveaux de radiation "normaux".

"Au cours d’un test d’un sous-marin nucléaire, le système anti-incendie a connu une défaillance, tuant plus de 20 personnes, parmi lesquelles des militaires et des ouvriers", a annoncé à l’AFP un responsable de la marine russe, le capitaine de vaisseau Igor Dygalo.

"Le sous-marin n’est pas endommagé, son réacteur fonctionne normalement et les niveaux de radiation enregistrés à bord du sous-marin sont normaux", a-t-il souligné.

Au total, 208 personnes se trouvaient à bord, dont 81 militaires et des employés d’un chantier naval, a-t-il ajouté. Aucune précision n’a été fournie sur la classe du submersible et l’éventuelle présence à bord d’armements.

Selon une source au chantier naval où il a été construit à Komsomolsk-sur-Amour (Extrême-orient russe), citée par l’agence Ria Novosti, il s’agit du sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire "Nerpa" (projet 971 Shuka-B, Akula dans la classification de l’Otan).

Ce tout nouveau sous-marin, qui a effectué sa première plongée début novembre, se trouvait dans la mer du Japon lors de l’incident, a ajouté cette source.

Il a reçu l’ordre immédiat de cesser son exercice et de rentrer au port dans la région du Littoral (Primorié, dont Vladivostok est le chef-lieu) à l’extrême sud-est de la Russie, a indiqué Igor Dygalo, sans plus de précisions.

"Il doit arriver à destination (dimanche) d’ici la mi-journée heure de Moscou (environ 09h00 GMT). Beaucoup dépendra des conditions météorologiques", a précisé une source haut placée au commandement de la Flotte du Pacifique, citée par Ria. Le décalage horaire entre Moscou et Vladivostok est de sept heures.

Les 21 blessés ont été évacués, dans des états de gravité variable, vers le destroyer anti-sous-marin "Amiral Tribouts", qui accompagnait le submersible.

Selon un expert militaire cité par les agences russes, le système anti-incendie s’est déclenché à la suite "d’erreurs techniques" commises par le personnel du chantier naval qui effectuait les tests à bord.

La défaillance du système anti-incendie s’est produite dans un ou deux compartiments au maximum du sous-marin, qui ont ensuite été ventilés de même que les compartiments adjacents, a ajouté cet expert.

Selon l’expert cité par Ria, "une erreur de programmation ou d’exploitation" a pu déclencher le système anti-incendie.

Lorsqu’un incendie se déclare dans le compartiment d’un sous-marin, l’oxygène en est retiré ou un gaz utilisé pour le neutraliser, mettant en danger la vie des membres d’équipage qui s’y trouvent.

Le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov, a notifié l’incident au président Dmitri Medvedev, qui a demandé l’ouverture d’une enquête "complète et méticuleuse", ainsi que "le plus grand soutien possible aux familles des victimes".

La Russie garde un souvenir douloureux du naufrage du sous-marin nucléaire Koursk - fleuron de la flotte russe - dans lequel 118 marins périrent par 109 mètres de fond en août 2000 en mer de Barents (nord-ouest de la Russie) à la suite de l’explosion d’une des torpilles.

Les autorités russes avaient alors tardé à accepter l’aide étrangère pour sauver d’éventuels survivants. Alors que la nation vivait le drame en direct, le président Vladimir Poutine avait continué ses vacances au bord de la mer Noire et n’était intervenu que quatre jours après le naufrage pour dire que la situation était "critique" mais que la Russie disposait de "tout le nécessaire" pour le sauvetage.

En août 2005, sept marins russes prisonniers de leur bathyscaphe au large de la presqu’île du Kamtchatka (Extrême-orient russe) avaient été secourus grâce à l’aide d’un robot sous-marin britannique qui avait dégagé le sous-marin des câbles l’emprisonnant.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

12 août 2019 : Le chemin est long de la mer des Caraïbes, de...
5 août 2019 : JAPON : Un fort séisme enregistré au large de Fukushima
3 août 2019 : Saintes : 20 ans d’action pour abolir les armes nucléaires
27 juillet 2019 : Du 6 au 9 août, Saintes commémore les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki
26 juillet 2019 : EDF officialise un nouveau retard d’au moins trois ans pour Flamanville
20 juin 2019 : Nouveau retard pour le réacteur nucléaire EPR : l’autorisation de mise en service est (encore) caduque !
27 mai 2019 : Feu vert pour la planète
24 mai 2019 : Affaire Benalla, armes françaises au Yémen : solidarité avec les journalistes convoqués par la DGSI
21 avril 2019 : Comment résister à la barbarie en cravate ?
8 avril 2019 : Les Gilets Jaunes se structurent
visites :  884706

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs