ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Autres sources > L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable de 2005 lance un appel en faveur du droit humain à l’énergie renouvelable
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable de 2005 lance un appel en faveur du droit humain à l’énergie renouvelable


Publié le 9 décembre 2005

L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable (WREA) s’est tenue à Bonn (Allemagne) du 26 au 30 novembre 2005, à l’initiative du Conseil Mondialpour l’Energie Renouvelable. Elle a réuni plus de 450 participants représentant le monde politique et parlementaire, la science et l’industrie. Elle a conclu ses travaux en adoptant un communiqué final intitulé "Le droit de l’homme à l’énergie renouvelable"

Communiqué final

Le droit de l’homme à l’énergie renouvelable

"Tous les hommes naissent libres et égaux en droits et en dignité." Cet article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme énonce un engagement humain fondamental. C’est seulement en respectant cet engagement que l’on peut assurer aux hommes de vivre en paix.

L’énergie représente pour toute forme de vie un préalable indispensable. L’accès à l’énergie est un droit humain fondamental et indivisible.

L’expérience du XXe siècle prouve que les systèmes existants de fourniture d’énergie, essentiellement basés sur l’énergie fossile et nucléaire, ne sont pas en mesure de fournir à chaque homme de quoi satisfaire ce droit. Pour des millions de personnes, il est violé. Du fait de leur diminution tendancielle et des dommages qu’elles infligent à l’environnement, les sources d’énergie conventionnelles ne permettent pas de satisfaire ce droit pour un nombre croissant de personnes. Le droit de tout homme à disposer d’une énergie renouvelable ne peut être satisfait que par l’énergie renouvelable.

Il n’y a plus de temps à perdre pour se mobiliser en faveur de l’énergie renouvelable. Jusqu’à présent, il est clair que les efforts internationaux sont restés à la traîne des impératifs de nécessité et des possibilités existantes. Les nombreuses conférences de l’ONU promettent plus qu’elles ne peuvent tenir parce qu’elles sont ligotées à chaque étape par un processus de décision à l’unanimité. Les organisations de l’ONU comme les banques multilatérales de développement ont soit refusé soit été empêchées d’accorder leurs priorités aux énergies renouvelables. Le protocole de Kyoto est bien loin d’atteindre ses objectifs. Son principal problème vient du fait ce qu’il se focalise sur les droits d’émission et leur commerce, au lieu de réduire les émissions en changeant de modèle au bénéfice des énergies renouvelables. La promotion de l’énergie nucléaire est inscrite dans le droit international alors que l’énergie renouvelable ne l’est pas. Le système de production d’énergie fossile et nucléaire reçoit encore quelque 500 milliards de dollars de subventions par an, environ 50 fois plus que les énergies renouvelables.

Les institutions gouvernementales internationales reflètent cette discrimination dont l’énergie renouvelable fait l’objet. L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) promeut la prolifération des technologies nucléaires, l’Agence Internationale de l’Energie agit comme un satellite de l’industrie des énergies fossiles. Toutes deux trompent les gouvernements en sous-évaluant les risques de l’énergie nucléaire et fossile et en niant les potentialités de l’énergie renouvelable.

Ces deux agences conduisent les gouvernements à mener une politique énergétique qui ignore l’avenir. Cet état de fait doit être reconnu et les personnes qui en sont responsables doivent être désignées. Elles doivent rendre des comptes non seulement pour leurs actes mais encore pour leur inaction.

Le prix des énergies conventionnelles grimpent à mesure qu’elles diminuent et qu’elles provoquent des désastres. L’énergie renouvelable devient de moins en moins grâce à ses constantes améliorations et ses économies d’échelle. L’humanité est à un carrefour.

Aujourd’hui et à l’avenir, le coût des renouvelables rend possible la fourniture d’une énergie durable, bon marché et suffisante pour chacun.

Tergiverser plus longtemps serait irresponsable. Des raisons économiques, des raisons écologiques, et la question de la paix, parlent en faveur de l’énergie renouvelable. Au total, ces raisons imposent une décision en faveur des énergies renouvelables.

1. L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable (AMER/WREA) salue l’initiative officielle de nouveau gouvernement fédéral allemand en vue de créer une Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (International Renewable Energy Agency-IRENA). L’initiative aboutira si cette création ne dépend pas d’un consensus général, mais est mise en oeuvre par un groupe de gouvernements d’accord entre eux et lançant à tous les gouvernements une invitation à adhérer à cette agence.

2. Il est de la plus haute importance de lancer une stratégie d’abandon des énergies fossiles en développant les biocarburants, afin de compenser la pénurie croissante de pétrole et de gaz naturel et l’augmentation des prix. En outre, il est indispensable d’organiser le marché mondial de telle sorte qu’il ne s’oppose pas au développement des biocarburants au niveau des économies nationales et de l’agriculture qui s’y rattache.

3. L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable (AMER/WREA) met en avant les propositions du 2e Forum mondial pour l’énergie renouvelable de 2004 et son "Programme mondial pour l’énergie renouvelable" :

- Un protocole de diffusion de l’énergie renouvelable doit être ajouté au Traité de Non Prolifération nucléaire

- Priorité doit être donnée au financement des énergies renouvelables dans l’aide au développement et le soutien des banques de développement, en mettant l’accent sur le micro-financement, à l’exemple de la Grameen Shakti Bank.

- Des normes industrielles et des labels doivent être créés pour les énergies renouvelables.

- Une université internationale pour l’énergie renouvelable doit être fondée sous les auspices de l’UNESCO.

Nous prenons pour guide l’encouragement des initiatives locales et leur promotion, plutôt que d’attendre plus longtemps des accords internationaux. Le développement des renouvelables représente une chance unique, et non pas un fardeau économique.

La prochaine Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable aura pour thème en 2006 : "Indépendance énergétique pour tous".

Traduit de l’anglais par ACDN.

Pour plus d’information, consulter :

http://www.wrea2005.org and http://www.wcre.org.

World Council for Renewable Energy (WCRE)

c/o EUROSOLAR e.V.

Kaiser-Friedrich-Strasse 11

D-53113 Bonn

Phone +49-228-362373

Fax +49-228-361213

info@wcre.org

http://www.wcre.org


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

La troisième guerre mondiale de Bush
A Genève : L’action de dénonciation de l’accord OMS-AIEA continue
Conseil Mondial des Eglises : Vers un monde sans armes nucléaires
Les raisons de la publication du document "confidentiel défense"
Joseph ROTBLAT, un scientifique pacifiste
Discours du Président Obama à Hiroshima le 27 mai 2016
Déclaration de Paix d’Hiroshima
Saintes : ils jeûnent pour la fin de l’armement nucléaire
Deux messages de Stéphane Hessel : Sortons du nucléaire militaire et civil !
Ayrault Port : Lettre d’un commandant de bord à propos de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

navigation motscles

Energies alternatives
2e Rencontres Internationales pour le Désarmement Nucléaire, Biologique et Chimique
La solution existe : il suffit de la saisir !
La Martinique à portée de voile
TNP
La 8e Conférence de révision du TNP adopte à l’unanimité une déclaration finale
Le Groupe des Fournisseurs Nucléaires torpille le Traité de Non Prolifération
In Memoriam : Sir Joseph Rotblat (1908-2005)
JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE
A New York, les ONG abolitionnistes condamnent la pression de l’industrie nucléaire en faveur d’une "renaissance du nucléaire"
Vous avez dit ’Step’ ?
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français
La France va-t-elle soutenir la création d’un Comité spécial de l’ONU pour le désarmement et la non-prolifération nucléaires ?
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
Les cinq « Grands » pour le désarmement nucléaire

visites :  881498

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs