ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Autres sources > Joseph ROTBLAT, un scientifique pacifiste
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Joseph ROTBLAT, un scientifique pacifiste
par Pierre Piérart


Publié le 17 décembre 2005

Joseph Rotblat est né à Varsovie en 1908 et nous a quittés dans la nuit du 31 août de cette année, après une courte maladie.

Comme physicien il participa à la découverte de la fission de l’uranium dans les années 1938-39. Très conscient de l’importance de cette découverte il quitta son pays pour participer à des recherches sur l’arme atomique à l’université de Liverpool parce qu’il craignait de voir l’Allemagne se doter de cette arme de destruction massive. Il gagna ensuite les Etats-Unis pour se joindre à l’équipe des chercheurs de Los Alamos, chargée de la mise au point d’une bombe de dissuasion dans l’hypothèse où l’Allemagne l’aurait elle-même produite. Fin 1944 il était évident que l’Allemagne n’avait pas eu les moyens de mettre son projet à exécution. Dès ce moment-là Joseph Rotblat prend la décision de quitter Los Alamos pour la raison qu’une arme de dissuasion n’avait plus aucune raison d’exister.

Il est le seul scientifique à avoir quitté Los Alamos afin de ne pas être complice du « Projet Manhattan » dont l’objet était complètement dévié pour en faire un acte d’intimidation criminel. Pour Joseph Rotblat il était évident que les Américains voulaient utiliser la bombe contre l’URSS, un peuple qui avait consenti les plus lourds sacrifices pour écraser les nazis. Il regagna la Grande Bretagne et fut interdit de séjour aux Etats-Unis pendant une vingtaine d’années et considéré comme un traître, voire un espion potentiel.

Conscient du danger de la prolifération nucléaire Joseph Rotblat participa activement aux travaux de l’Association Pugwash qui militait pour le désarmement nucléaire. Il fut secrétaire de l’association pendant de longues années et termina sa carrière comme président de la même association.

En 1995 Joseph Rotblat et l’Association Pugwash furent honorés du prix Nobel de la Paix. Quelques semaines auparavant il avait participé au colloque « Hiroshima sans amour », organisé à l’université de Mons-Hainaut les 15 et 16 septembre. Dans son allocution il insista fortement sur l’importance de l’harmonie qui doit régner entre la science et la morale et démontra une fois de plus l’inutilité des armes nucléaires pour assurer la sécurité. De plus il dénonça le danger de ce type d’armement qui, malgré la fin de la guerre froide, constituait une menace pour la paix et pour l’espèce humaine. Lors de la remise du prix Nobel il termina son allocution en rappelant le devoir pour tout scientifique de dénoncer les côtés pervers que peut avoir la recherche scientifique ; à cette occasion il lança aussi un vibrant appel pour la libération de Mordechai Vanunu et pour une société humaine.

Joseph Rotblat doit être considéré comme un scientifique exceptionnel et conscient des dangers de la science et de la nécessité d’une réglementation pour protéger non seulement le statut des chercheurs mais aussi celui des dénonciateurs indispensables pour soutenir la volonté politique de désarmement qui est toujours absente dans nos sociétés.

En guise de conclusion nous ne pouvons que réclamer un serment « Joseph Rotblat » (à l’instar de celui d’Hippocrate) qui engagerait les chercheurs scientifiques à ne travailler que pour un développement durable et pacifique de l’humanité. Un vœu utopique et pourtant indispensable qui nécessitera une mobilisation de la société civile pour assurer la survie de l’espèce humaine.

Pierre Piérart


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Ces effarants convois de missiles nucléaires
Pas en leur nom, pas en notre nom
Les maires des Etats-Unis veulent l’abolition des armes nucléaires
Victoire juridique pour les opposants à Notre-Dame-des-Landes
EDF veut-il censurer le Journal de l’énergie ?
APPEL DE PARLEMENTAIRES ET DE MEMBRES DE LA SOCIETE CIVILE
La ville russe de Novozybkov victime d’un génocide !
Les dépenses militaires ont atteint 1700 miliards de dollars en 2015
In memoriam Vassili Nesterenko
Projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes

navigation motscles

Désarmement nucléaire
Gideon Spiro écrit au Président Obama
La conférence sur le Traité de non-prolifération se termine sans accord.
L’Inde ne demandera plus le désarmement nucléaire général
Deux messages de Stéphane Hessel : Sortons du nucléaire militaire et civil !
Lettre d’ACDN au Président Obama
2e Rencontres Internationales pour le Désarmement Nucléaire, Biologique et Chimique
Le mauvais gag de la Force de frappe française
Lettre ouverte au Premier ministre britannique, Gordon Brown
Claude Piéplu, ami et militant, nous a quittés
Ségolène Royal réprouve la prolifération horizontale mais approuve la prolifération verticale
Joseph Rotblat
Mordechai Vanunu
Lettre à l’ambassadeur d’Israël à Paris
IRAN : les Rencontres Internationales de Saintes, dernière chance pour la paix et le désarmement nucléaire ?
Conférence-Débat "Energie nucléaire, ouverture des marchés, sauvegarde de la planète : d’autres choix sont-ils possibles ?"
Mordechai Vanunu libéré de prison
QUI MENT ? QUI DESINFORME ? QUI OPPRIME ?
Mordechai Vanunu toujours en liberté restreinte
Vanunu et la question des armes nucléaires au coeur des problèmes du Moyen-Orient
Abraham Serfaty est mort - et Mordechai Vanunu reste enfermé en Israël
Jean-Marie Lustiger, l’Eglise de France et la bombe atomique
Prix Nobel
Responsabilité scientifique

visites :  881797

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs