logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Communiqués > Le Groupe des Fournisseurs Nucléaires torpille le Traité de Non Prolifération

Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Prolifération nucléaire : la France en pointe
Le Groupe des Fournisseurs Nucléaires torpille le Traité de Non Prolifération
Communiqué d’ACDN, 7 septembre 2008


Publié le 8 septembre 2008

Pour les survivants (s’il y en a), le samedi 6 septembre 2008 sera à marquer d’une pierre noire sur la route qui conduit l’humanité à la catastrophe nucléaire.

Ce jour-là, les 45 Etats qui composent le Groupe des Fournisseurs Nucléaires (GFN) ont fini par approuver, quelques-uns à la suite de pressions incroyables, l’accord passé en juillet 2005 par le président George W. Bush avec le premier ministre indien Manmohan Singh, accord visant à légaliser le commerce nucléaire avec l’Inde.

Le GFN avait été créé en 1974 (d’abord sous le nom de « club de Londres ») précisément en réaction au premier essai nucléaire de l’Inde, pour éviter de lui fournir, ainsi qu’à d’autres pays « proliférants », tout matériau ou composant pouvant alimenter un arsenal nucléaire.

L’Inde a attendu le printemps 1998 pour reprendre ses essais nucléaires souterrains... avec les encouragements de Jacques Chirac, selon un éminent témoin indien cité par le Washington Post du 2.09.08. Le Pakistan lui a presque aussitôt emboîté le pas, et les deux pays ont failli se livrer une guerre nucléaire en 2003 à propos du Cachemire.

Aujourd’hui, l’Inde est « blanchie » d’avoir « proliféré ». Elle obtient un statut exorbitant. Elle va pouvoir poursuivre librement un commerce nucléaire avec le reste du monde, acheter (notamment à la France) la technologie de nouvelles centrales et se l’approprier. Mais aussi acheter de l’uranium, par exemple à l’Australie, au Canada ou à la France, comme combustible pour ses centrales électronucléaires, ce qui lui permettra de consacrer sans le moindre contrôle son propre uranium à la fabrication de nouvelles armes nucléaires. Pour ce faire, elle n’aura besoin ni de renoncer aux armes qu’elle possède déjà, ni de s’y engager comme l’ont fait les 5 puissances nucléaires signataires du Traité de Non Prolifération (TNP). Ses installations militaires échapperont aussi aux contrôles de l’Agence Internationale de l’Energie Nucléaire (AIEA), qui inspecte celles des Etats non nucléaires membres du TNP.

Le TNP instaurait deux catégories d’Etats : ceux reconnus de jure comme ayant des armes nucléaires (Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine), que le traité soumettait à l’obligation (jamais mise en œuvre depuis son entrée en vigueur en 1970...) de les abolir, et ceux qui n’ont pas de telles armes et sont soumis à l’interdiction (respectée jusqu’à présent, sauf par la Corée du nord) de s’en procurer. Il existait une troisième catégorie d’Etats : ceux n’ayant pas signé le TNP mais dotés de facto d’armes nucléaires (Israël, Inde, Pakistan). Les deux derniers étaient soumis à un embargo nucléaire (Israël restant quant à lui dans l’ambiguïté). L’accord indo-américain et son approbation par le Groupe des Fournisseurs Nucléaires créent, pour le moment au seul bénéfice de l’Inde, un quatrième statut : celui d’Etat nucléaire de facto, non signataire du TNP, mais reconnu de jure comme « bon » proliférateur et exempté pour cette seule raison de toute obligation de désarmement.

Ce statut constitue une « prime à la prolifération ». Il ne peut qu’inciter certains Etats non nucléaires à s’affranchir clandestinement -comme l’a fait la Corée du Nord- des contraintes du TNP, ou à sortir de ce traité dans l’espoir d’obtenir un jour le même statut que l’Inde.

Par avidité mercantile, les fournisseurs nucléaires sabotent les bases mêmes du TNP, dont la prochaine conférence d’examen en 2010 risque fort de dresser l’acte de décès. Les Etats-Unis et la France auront joué dans ce sabotage un rôle actif particulièrement lamentable.



L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

A Genève, Mikhaïl Gorbatchev lance un nouvel appel au désarmement nucléaire
Nucléaire iranien : Ségolène Royal a raison
NON au nucléaire civil et militaire !
Fleurs blanches pour Hiroshima et Nagasaki
De New York à Bure (Champagne), la France s’enfonce dans la folie nucléaire
MONSANTO déclare la guerre aux paysans
NON à L’EPR ! NON au nucléaire civil et militaire !
APOCALYPSE NUCLEAIRE : MINUIT MOINS CINQ
Terrorisme et terreur d’Etat
DECLARATION de l’Assemblée Générale du Réseau « Sortir du nucléaire »,

navigation motscles

ETATS-UNIS
Guerre nucléaire contre l’Iran
Nos troupes doivent quitter l’Irak
Le nucléaire en chiffres , et en idées...
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
Appel aux Européens : Empêchons la guerre contre l’Iran
JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE
L’Inde ne demandera plus le désarmement nucléaire général
Importance et contexte du rapport des services de renseignement américains relatif à l’Iran
Le bouclier anti-missiles des Etats-Unis en Europe est un acte de guerre
Pour un Moyen-Orient sans armes de destruction massive
FRANCE
Le rêve méditerranéen de Nicolas Sarkozy : un cauchemar nucléaire
LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT CHIRAC
Le désastre de la Base Avancée Falcon
Uranium appauvri : l’Europe contaminée par la guerre d’Irak ?
"Inéluctable" - L’accident nucléaire
Un rôle secondaire pour les Etats-Unis dans l’avenir nucléaire de l’Inde
Non à la guerre, non à l’OTAN !
La campagne pour un référendum sur le désarmement nucléaire est lancée
Sarkozy, Royal, et la bombe atomique
La France reconnaît sa responsabilité envers les victimes militaires et civiles de ses essais nucléaires
Groupe des Fournisseurs Nucléaires
Nicolas Sarkozy contre le désarmement nucléaire
INDE
Les nuages nucléaires s’amoncellent au-dessus de l’Asie
LA CRISE NE S’ARRANGE PAS
TNP
A New York, les ONG abolitionnistes condamnent la pression de l’industrie nucléaire en faveur d’une "renaissance du nucléaire"
2005 s’annonce mal... Bonne année tout de même !
La conférence sur le Traité de non-prolifération se termine sans accord.
La France va-t-elle soutenir la création d’un Comité spécial de l’ONU pour le désarmement et la non-prolifération nucléaires ?
L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable de 2005 lance un appel en faveur du droit humain à l’énergie renouvelable
In Memoriam : Sir Joseph Rotblat (1908-2005)
Déclaration de Mohamed ElBaradei, Directeur général de l’AIEA*
Les cinq « Grands » pour le désarmement nucléaire
La 8e Conférence de révision du TNP adopte à l’unanimité une déclaration finale
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français

visites :  905583

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs