ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Articles d’actualité > Pour un Moyen-Orient sans armes de destruction massive
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Obama Prix Nobel
Pour un Moyen-Orient sans armes de destruction massive
par Michel Rocard, Yehuda Atai et Jean-Marie Matagne


Publié le 10 décembre 2009

Aujourd’hui Barack Obama, président des Etats-Unis, se voit remettre le prix Nobel de la Paix qui lui a été attribué le 13 octobre - près de deux mois avant qu’il ne décide d’envoyer de nouvelles troupes en Afghanistan dans l’espoir de "gagner la guerre" dont il a hérité. Récapitulons brièvement le parcours qui lui a valu ce prix Nobel.

Elu le 4 novembre 2008, entré en fonction le 20 janvier 2009, le nouveau président des Etats-Unis prononce le 5 avril à Prague un discours appelant à l’abolition des armes nucléaires. Aussitôt, la diplomatie américaine ouvre avec les Russes des négociations visant à remplacer le traité START de réduction des armes nucléaires, qui expire le 5 décembre, par un autre traité de désarmement encore plus ambitieux. Le 4 juin, au Caire, Obama prononce un grand discours d’ouverture au monde musulman. Et le 24 septembre, il préside une session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU au cours de laquelle 14 chefs d’Etat ou de gouvernement, plus un ambassadeur (libyen), adoptent à l’unanimité une résolution d’origine américaine nous promettant « un monde sans armes nucléaires ».

Le 4 décembre, les négociateurs russes et américains n’ont pas réussi à mettre sur pied un nouveau traité, mais les présidents Obama et Medvedev publient un communiqué réaffirmant leur volonté d’y parvenir, et de continuer à travailler « dans l’esprit du traité » START, malgré son expiration.

Michel Rocard, Yehuda Atai et Jean-Marie Matagne saisissent l’occasion de rappeler que le grand dessein d’Obama d’abolir les armes nucléaires ne pourra jamais se réaliser si le Moyen-Orient ne devient pas une zone exempte de toute arme de destruction massive. Et de préciser à quelles conditions il pourrait le devenir.

Le quotidien régional Ouest-France, premier quotidien de France par son tirage et son nombre de lecteurs, a commencé hier à publier cet article dans les douze départements de l’Ouest où il est distribué.


Il y a deux ans, nous lancions un appel aux Européens pour empêcher la guerre contre l’Iran (1). Nous nous réjouissons de constater que depuis cet appel (même s’il n’y est pour rien), la "guerre préventive" dont l’Iran se trouvait alors sérieusement menacé n’a pas eu lieu. Cette éventualité n’est pas encore complètement écartée et "la question iranienne" n’a toujours pas reçu la solution diplomatique que nous appelons de nos vœux dans un cadre global ; elle semble même s’en éloigner. C’est pourtant cette solution qu’on doit espérer après le profond changement de perspectives internationales survenu en matière de désarmement et de non-prolifération nucléaires depuis l’accession de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis.

Aujourd’hui, Obama reçoit le prix Nobel de la Paix qui lui a été attribué "pour ses efforts extraordinaires en vue de renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples". Le comité Nobel attachait une importance particulière "à la vision et au travail d’Obama en faveur d’un monde sans armes nucléaires". "Obama a créé un nouveau climat dans les relations politiques internationales. La diplomatie multilatérale a repris une position centrale, avec l’accent mis sur le rôle des Nations unies et des autres institutions internationales". Cependant Obama a reconnu lui-même qu’il ne méritait pas ce prix pour ce qu’il avait déjà pu réaliser en faveur de la paix, mais plutôt pour les objectifs qu’il proposait à la communauté internationale. Concernant le désarmement et la non-prolifération nucléaires, il notait : "je ne pourrai pas tout faire pendant ma présidence. Ce ne sera peut-être pas achevé de mon vivant" et concernant le Moyen-Orient : "Il faudra régler les conflits qui ont engendré tant de souffrances, les Palestiniens et les Israéliens ont le droit de vivre côte à côte, chacun dans son pays".

Ces deux objectifs : un monde sans armes nucléaires, un Moyen-Orient connaissant enfin une paix juste et durable, sont strictement liés. Il est clair en effet qu’Israël refusera toujours d’éliminer ses propres armes nucléaires (généralement estimées à au moins 200 têtes nucléaires) tant que sa sécurité et sa pérennité ne seront pas assurées. Or celles-ci resteront menacées tant que la question israélo-palestinienne ne sera pas résolue à la satisfaction des deux parties, et tant que la question du Golan et celle du Liban ne seront pas elles aussi résolues. De même, l’Iran pourra toujours être soupçonné, à tort ou à raison, de vouloir se procurer des armes nucléaires tant qu’Israël conservera les siennes, et de vouloir la disparition d’Israël tant que l’existence de ce dernier ne sera pas universellement reconnue dans des frontières - a priori, celles de 1967 - agréées par les Nations Unies et la totalité de ses voisins, Palestiniens compris. Ceux-ci ont droit à leur propre Etat, souverain, indépendant et viable. En attendant que les uns et les autres s’entendent, un jour peut-être, sur une fédération ou confédération israélo-palestinienne, multiconfessionnelle ou, mieux encore, laïque.

Quoi qu’il en soit, c’est un accord global entre toutes les parties concernées qui doit être recherché. Une négociation multilatérale, sans doute précédée de consultations bi- ou plurilatérales, devrait y parvenir. Elle doit avoir pour objectif de résoudre, par des compromis mutuellement acceptables, les nombreux problèmes concrets qui se posent, du tracé des frontières à la gestion de l’eau ou du domaine maritime. Mais elle doit aussi et avant tout viser l’instauration d’un Moyen-Orient sans armes de destruction massive, tant nucléaires que biologiques, chimiques, radioactives ou "émergentes". Ce sera la contribution précieuse et indispensable du Moyen-Orient à la construction d’un monde de paix, de coopération et de compréhension mutuelle, affranchi de la menace d’anéantissement nucléaire. La balle est dans le camp d’Israël et des Etats-Unis, au moins autant que dans celui de l’Iran.

Paris, Tel-Aviv et Saintes

Michel Rocard, ancien Premier ministre, ambassadeur pour les pôles

Yehuda Atai, universitaire, éditeur du Monde de la Bible, cofondateur du Comité israélien pour un Moyen-Orient sans armes nucléaires, biologiques et chimiques

Jean-Marie Matagne, docteur en philosophie, président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN) contact@acdn.net


(1) Dans Libération du 16 novembre 2007 et sur le site d’ACDN. Cet appel a reçu de nombreux soutiens (voir la liste des premiers signataires) et la visite de milliers d’internautes francophones et anglophones.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Mgr Lafont, évêque de Cayenne et ancien aumônier de Soweto, apporte son soutien aux jeûneurs de Saintes
Assemblée nationale : un R.I.P. pour abolir les armes nucléaires et radioactives !
Candidature de Jean-Marie Matagne à la primaire de EELV
Le Japon, le nucléaire et nous
Tout va très bien, Monsieur le Président...
La Flamme d’Hiroshima pour l’Abolition des armes nucléaires traverse la France du 6 au 12 novembre
Etat d’urgence, "calamités publiques" et accident nucléaire : le gouvernement cible les antinucléaires
Hinkley Point : Maudit lobby, maudite décision !
Le Japon après le séisme, le tsunami et Fukushima : témoignages
Sortir du nucléaire civil ne suffit pas

navigation motscles

Barack Obama
Pour un désarmement nucléaire mondial, seule réponse à la prolifération anarchique
Lettre d’ACDN au Président Obama
Des groupes du monde entier saluent la promesse d’Obama de lever l’état d’alerte des armes nucléaires
Gideon Spiro écrit au Président Obama
Barack Obama s’engage pour l’abolition des armes nucléaires
ETATS-UNIS
Guerre nucléaire contre l’Iran
L’Inde ne demandera plus le désarmement nucléaire général
Importance et contexte du rapport des services de renseignement américains relatif à l’Iran
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
Les nuages nucléaires s’amoncellent au-dessus de l’Asie
Appel aux Européens : Empêchons la guerre contre l’Iran
JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE
Nos troupes doivent quitter l’Irak
Le nucléaire en chiffres , et en idées...
Le bouclier anti-missiles des Etats-Unis en Europe est un acte de guerre
IRAN
DECLARATION de l’Assemblée Générale du Réseau « Sortir du nucléaire »,
La paix passe par le désarmement
Compte à rebours
"Israël ne baissera pas les bras."
L’Iran réaffirme qu’il n’a pas l’intention de se procurer l’arme nucléaire
Le Sénat américain entre en résistance
Des personnalités américaines appellent l’armée U.S. à refuser les ordres d’attaquer l’Iran
La solution existe : il suffit de la saisir !
Si tu veux la paix, ne prépare pas la guerre
Le Pentagone va-t-il attaquer des cibles militaires iraniennes ?
ISRAEL
Israël a bien utilisé dans la bande de Gaza des armes à Uranium Appauvri
Abraham Serfaty est mort - et Mordechai Vanunu reste enfermé en Israël
Lettre à l’ambassadeur d’Israël à Paris
A Gaza : Traces d’uranium et d’autres métaux pathogènes dans les cheveux d’enfants, de femmes enceintes et de blessés
Mordechaï Vanunu : « C’est parce qu’Israël détient la bombe atomique qu’il peut pratiquer sans crainte l’apartheid »
Jean-Marie Lustiger, l’Eglise de France et la bombe atomique
RAPPORT Sur l’utilisation d’armes radioactives dans la Bande de Gaza pendant l’opération « Plomb durci » (27 décembre 2008 - 18 janvier 2009)
IRAN : les Rencontres Internationales de Saintes, dernière chance pour la paix et le désarmement nucléaire ?
QUI MENT ? QUI DESINFORME ? QUI OPPRIME ?
A Gaza, le génocide à l’Uranium Appauvri a commencé
Michel Rocard
Intervention de Michel Rocard à la rencontre de Global Zero

visites :  900907

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs