ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Bruxelles approuve et subventionne le projet de centrale nucléaire EPR d’EDF en Grande-Bretagne
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Bruxelles approuve et subventionne le projet de centrale nucléaire EPR d’EDF en Grande-Bretagne
jeudi 9 octobre 2014

Bruxelles - La Commission européenne a donné mercredi son accord au projet controversé de construction au Royaume-Uni d’une centrale nucléaire EPR de nouvelle génération par EDF, que l’Autriche a l’intention de contester devant la justice européenne.

Au cours de l’enquête, Londres a accepté de modifier substantiellement les termes de financement du projet, ce qui permettra d’éviter tout effet de distorsion de concurrence, a expliqué la Commission dans un communiqué.

Ce projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, par EDF allié aux chinois CGN et CNNC, aura un coût de construction d’environ 31 milliards d’euros, selon le chiffre de la Commission, plus élevé que celui de 19 milliards d’euros avancé par EDF et les autorités britanniques. La centrale devrait commencer à fonctionner en 2023.

Le projet s’est heurté à une forte résistance de groupes de défense de l’environnement, des Verts et de plusieurs Etats membres de l’UE. L’Autriche avait annoncé fin septembre qu’elle attaquerait devant la Cour de justice de l’UE toute décision de la Commission autorisant les aides du gouvernement britannique.

Elle a confirmé ce recours mercredi. Nous n’accepterons pas la décision d’approuver des subventions au nucléaire. Comme nous l’avons déjà annoncé, nous allons préparer et déposer une plainte devant la Cour européenne de justice, a indiqué le gouvernement autrichien dans un communiqué.

Vienne redoute que cette autorisation relance la filière nucléaire en Europe au détriment des énergies renouvelables. Le projet prévoit en effet qu’EDF bénéficie d’un prix garanti élevé pour l’électricité produite par la future centrale, une disposition généralement réservée aux énergies renouvelables.

Le Parti vert européen a jugé extrêmement regrettable la décision de Bruxelles. C’est en contradiction avec les propres lignes directrices de la Commission concernant les aides d’Etat aux entreprises énergétiques, a affirmé dans un communiqué l’eurodéputé Reinhard Bütikofer, pour qui le nucléaire doit être considéré comme une technologie mature, et par conséquent être exclu des aides d’Etat.

- Défaillance du marché -

Le choix de l’énergie nucléaire appartient au Royaume-Uni, et relève de ses compétences nationales car chaque pays est libre de déterminer son panier énergétique, a expliqué le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, au cours d’une conférence de presse.

Mais, a-t-il souligné, cette décision ne constitue en aucun cas un précédent, et tout nouveau cas d’aide publique à un projet énergétique sera évalué selon ses propres mérites.

La Commission avait ouvert une enquête en décembre 2013 concernant la construction de la centrale de Hinkley Point, censée marquer le coup d’envoi du renouvellement du parc nucléaire britannique, et qui assurera à terme 7% de la fourniture d’électricité du Royaume-Uni.

Elle craignait que le projet, tel que notifié au départ, ne crée des distorsions de concurrence sur le marché européen de l’énergie. Elle a finalement conclu que l’aide du gouvernement britannique était conforme à ses règles, car il existe une défaillance du marché : l’opérateur n’aurait pu obtenir le financement nécessaire uniquement sur les marchés, en raison de la taille et de la nature exceptionnelles du projet.

Les mesures prises par le Royaume-Uni ont dû être modifiées, à la suite de négociations avec la Commission. Le niveau de rémunération de la garantie d’Etat par l’opérateur, jugé trop bas, a été relevé, ce qui revient à une baisse de la subvention d’environ 1,3 milliard d’euros.

Par ailleurs, en cas de profits plus élevés que prévu actuellement, les gains devront être partagés avec les contribuables britanniques. Si les profits augmentent d’un point de pourcentage, cela se traduira par une économie d’environ 1,5 milliard d’euros pour les autorités britanniques, explique la Commission. Ce mécanisme sera en place pour 60 ans, soit la durée totale du projet, au lieu des 35 ans prévus initialement.

Source : AFP / 08 octobre 2014



L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

12 avril 2022 : Pour un mouvement citoyen et un Parlement de résistance à la tyrannie atomique
28 février 2022 : Campagne présidentielle 2022 : à Saintes, Samedi 5 mars à 17h, CONFERENCE-DEBAT
27 janvier 2022 : Samedi 29 janvier 2022, 16h, à Saintes : Réunion publique du candidat Jean-Marie Matagne
24 janvier 2022 : Décès de Dominique Lalanne
10 janvier 2022 : Brest : plus de 300 manifestants anti-armes nucléaires défilent avant un sommet européen dans la ville
7 janvier 2022 : Encore un réacteur arrêté, la France privée de 10 % de sa capacité nucléaire
29 décembre 2021 : Covid-19 : quand l’Assemblée interdit aux députés de l’opposition de voter !
20 décembre 2021 : Décès de Jean-Marie Muller
19 décembre 2021 : Taiwan rejette par un référendum la réouverture d’une centrale nucléaire et conforte sa sortie du nucléaire en 2025
8 décembre 2021 : Pollution radioactive des eaux à la centrale nucléaire du Bugey : condamnation confirmée pour EDF !
visites :  1080548

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs