ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Rejets délibérés de plutonium dans la Loire : l’Observatoire du nucléaire attaque EDF en justice
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Rejets délibérés de plutonium dans la Loire : l’Observatoire du nucléaire attaque EDF en justice
mardi 16 juin 2015

Communiqué de l’Observatoire du nucléaire, 16 juin 2015

A la suite des révélations faites par le documentaire "Spécial investigation" diffusé par Canal + lundi 4 mai 2015, l’Observatoire du nucléaire a saisi son avocat pour porter plainte en justice contre EDF et son PDG de l’époque Marcel Boiteux, et contre les dirigeants politiques éventuellement complices, à propos des rejets délibérés de plutonium dans la Loire effectués par EDF depuis la centrale nucléaire de Saint-Laurent-les-Eaux (Loir-et-Cher).

Cette plainte a été déposée ce lundi 15 juin 2015 auprès du Procureur de la République de Blois.

Titré "Nucléaire : la politique du mensonge", le documentaire de Canal + revient sur l’accident nucléaire survenu le 13 mars 1980 à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-les-Eaux (Loir-et-Cher). Bien que quasiment occulté à l’époque, l’existence de cet accident était connu, évoqué par exemple dans l’ouvrage "L’Insécurité nucléaire" (2006, Éd Yves Michel, cf http://tchernobyl.en.france.free.fr ).

Mais ce que révèle le documentaire de Canal plus, et qui est d’une incroyable gravité, c’est que les rejets radioactifs qui ont eu lieu (et qui se sont poursuivis pendant des années) n’ont pas eu lieu de façon accidentelle mais de façon délibérée : EDF a décidé de se débarrasser discrètement, dans l’environnement, des matières radioactives concernées par l’accident, à commencer par le plus toxique des éléments, le plutonium.

Le caractère délibéré de ces actes criminels est reconnu par le PDG d’EDF de l’époque, Marcel Boiteux, d’ailleurs toujours Président d’honneur d’EDF à ce jour. Il est très probable que des riverains de la centrale ont développé des cancers sans jamais savoir qu’ils ont été causés par ces rejets volontaires.

Il est important de noter que, même si l’accident a eu lieu en 1980, les rejets opérés par EDF ne sont pas nécessairement prescrits car ils ont eu lieu pendant des années : seule une enquête décidée par la Justice, appuyée par des experts indépendants, pourra déterminer quand ces rejets ont cessé. Or, en cas d’infraction dans la durée, la prescription court à partir du dernier jour de l’acte délictuel.

Dans tous les cas, le gouvernement doit prendre ses responsabilités et faire toute la lumière sur cette affaire gravissime… et sur les probables autres qui n’ont jamais été révélées : comment croire que les dirigeants d’EDF, capables de rejeter secrètement du plutonium dans l’environnement, n’ont pas commis d’autres actes aussi graves et criminels ?

De façon plus générale, alors que le parc nucléaire d’EDF s’approche de sa fin de vie, que les révélations se succèdent concernant graves fautes industrielles et financières d’EDF et d’Areva, et dans le contexte de la catastrophe de Fukushima, cette affaire démontre qu’il faut au plus vite mettre un terme à la regrettable aventure nucléaire dans laquelle les dirigeants politiques ont plongé la France.

La décision d’arrêter au plus vite le nucléaire en France est la seule façon d’éviter une nouvelle catastrophe nucléaire, de ne pas aggraver les conséquences financières désastreuses qui s’annoncent (faillite d’Areva, graves déficits chez EDF), et d’empêcher les dirigeants de l’industrie nucléaire de continuer à mentir aux citoyens et de nuire à leur santé en les contaminant accidentellement et parfois délibérément.

Avocat de l’Observatoire du nucléaire :

Maître Emmanuel RIGLAIRE
BP 200
1 rue de Weppes
59002 Lille Cedex


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

20 juin 2019 : Nouveau retard pour le réacteur nucléaire EPR : l’autorisation de mise en service est (encore) caduque !
27 mai 2019 : Feu vert pour la planète
24 mai 2019 : Affaire Benalla, armes françaises au Yémen : solidarité avec les journalistes convoqués par la DGSI
21 avril 2019 : Comment résister à la barbarie en cravate ?
8 avril 2019 : Les Gilets Jaunes se structurent
28 mars 2019 : Il y a 40 ans, l’effrayant accident nucléaire de Three Mile Island
17 mars 2019 : Roland Oldham nous a quittés
7 mars 2019 : L’Atomik Tour en Charente Maritime, à Saintes et à Rochefort, du 13 au 15 mars
16 février 2019 : L’abolition des armes nucléaires et radioactives à l’agenda des Français et de certains Gilets Jaunes
15 février 2019 : Séisme majeur imminent au Japon, selon les scientifiques, avec risque d’accident nucléaire
visites :  881388

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs