ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici L’armée et le lobby nucléaire s’attaquent à l’école
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

L’armée et le lobby nucléaire s’attaquent à l’école
mercredi 11 novembre 2015

Communiqué d’ACDN, le 11 novembre 2015,

Les chefs d’établissement de l’Académie de Poitiers viennent de recevoir l’invitation suivante à destination de « Tout personnel de l’Enseignement public et privé », précédée de quatre logos : au-dessous du logo d’un certain "Trinôme Académique" sous-titré "Synergie citoyenne", ceux de l’Académie de Poitiers, du Ministère de la Défense, et de l’IHEDN :

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

JOURNÉE ACADÉMIQUE « ENSEIGNER LA DEFENSE »
- Défense et sécurité civiles
- Date : mardi 26 janvier 2016
- Lieu : Centrale nucléaire de Civaux et Ecole du feu du SDIS à Valdivienne
- Public : Tout personnel de l’Enseignement public et privé
- Organisateur : le Trinôme académique Poitou-Charentes

Programme :
• 8 h 45 accueil
• 9 h à 10 h présentation de la centrale préparatoire à la visite
• 10 h à 11 h visite du bâtiment de surveillance et du simulateur de conduite par un groupe de 24 personnes
• 11 h à 12 h visite identique par un autre groupe de 24 personnes
• 10 h à 11 h et 11 h à 12 h pendant chaque visite d’un groupe, l’autre groupe bénéficiera de la même intervention sur le thème de la sûreté et de la sécurité dans une centrale nucléaire, en interne et dans le territoire proche, de façon que les enseignants puissent intégrer une telle étude de cas dans leurs enseignements en collèges et en lycées.
• Pause déjeuner sur place 12 h 30 – 13 h 30
• 14 h 30 intervention sur le SDIS* et la centrale
• 15 h 30 présentation de la formation dispensée à l’école du SDIS
• 16 h 30 exemple pratique d’intervention sur un caisson feu.

Le « Trinôme », cette mystérieuse bestiole chargée d’inoculer la « synergie citoyenne » à nos enfants et par la même occasion, le poison nucléaire, est apparemment tricéphale. Mais entre l’Académie de Poitiers et l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), la tête principale se situe clairement au ministère de la Défense. Les enseignants (limités à 48 pour cette première fournée) pourront « intégrer dans leurs enseignements en collèges et en lycées », sur le cas de Civaux, la preuve que les centrales nucléaires sont des hâvres « de sûreté et de sécurité ». Une chance, car si l’armée s’en occupe, et pas seulement les pompiers, c’est sans doute qu’elles sont devenues des bombes radiologiques, prêtes à exploser sous l’effet d’un attentat ou d’un fâcheux « incident ». Parents, enfants, dormez tranquilles. On s’occupe de vous.


* SDIS : Service Départemental d’Incendie et de Secours.

On notera que le SDIS 86 (Vienne) et son école de formation ne se situent pas à Poitiers, mais à proximité immédiate de la centrale nucléaire de Civaux.

L’incendie est un événement redouté dans une centrale. Celle de Civaux a connu un départ d’incendie le 23 avril 2014, celle de Paluel (Normandie) dans la nuit du 2 au 3 juillet 2015, un incendie que 70 pompiers ont mis plusieurs heures à maîtriser.

Mais les incendies sont loin d’être les seuls "incidents" que connaît une centrale.

A Civaux, les pompiers sont à nouveau intervenus le 1er décembre 2014, pour une fausse alerte : une alarme incendie s’était déclenchée dans un local industriel du réacteur n° 1. Après examen visuel et à la caméra thermique, aucun feu ne fut décelé. Le déclenchement était dû, d’après la direction, à une résistance un peu poussiéreuse dans l’appareil de surveillance. Elle avait chauffé et émis de la fumée lors de la remise en route du réacteur n° 1.

Il faut dire que celui-ci avait été mis à l’arrêt du 13 juillet au 3 novembre 2014 pour des travaux de maintenance sur le circuit d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur. Ce circuit est censé fournir, en cas de défaillance de l’alimentation principale, l’eau nécessaire au refroidissement du réacteur. Il est également utilisé lors des périodes d’arrêt et de redémarrage du réacteur.

La requalification de ce matériel se fait par étapes, pour accompagner le réacteur pendant sa montée en puissance. Mais le 19 novembre, l’ultime essai n’avait pas eu lieu alors qu’il aurait dû avoir été réalisé normalement au plus tôt lorsque le réacteur monte en puissance. Le lendemain, jeudi 20 novembre, le dysfonctionnement d’une vanne de ce circuit - censé avoir été réparé - obligeait les équipes de la centrale à arrêter le réacteur n°1.

Après de nouveaux travaux, un dernier essai permettait de requalifier le système d’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur. Le 25 novembre, la direction de la centrale se décidait à déclarer l’incident à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, qui le classait au niveau 1 (sur 7) de l’échelle INES et adressait à la direction un avertissement.

La centrale de Civaux est "la plus jeune" et "la plus moderne" des centrales françaises. Son implantation au bord de la rivière Vienne, qui lui fournit l’eau de refroidissement, a été décidée en 1980. Le premier béton a été coulé en 1988. Le réacteur n° 1 (première des deux "tranches") a été couplé au réseau électrique en 1997. Dès 1998, un incident de niveau 2 intervenait sur le circuit RRA (Refroidissement du Réacteur à l’Arrêt) du réacteur, heureusement sans conséquence sur l’environnement.

Il n’en va pas de même en janvier 2012, quand une fuite de tritium contamine la nappe phréatique. Le 3 janvier, un agent relève la présence d’une quantité anormalement élevée de tritium dans un bac de rétention d’effluents. L’échantillon prélevé le 4 est analysé le 9. Dès le lendemain, les résultats laissent apparaître une forte concentration de tritium dans la nappe phréatique, de l’ordre de 540 Bq/l contre une valeur de 8 Bq/l attendue. Mais, dans l’attente de la confirmation, intervenue le 13 janvier, « aucune alerte interne à la centrale ou information à la hiérarchie n’a été effectuée ». Enfin alertée, l’Autorité de Sûreté Nucléaire dépêche des inspecteurs et publie sur son site, le 23 janvier, un rapport accablant pour la direction de la centrale. Aujourd’hui, ce rapport a disparu du site de l’ASN.

Le 21 avril 2015, la Commission Locale d’Information (CLI), qui se réunit deux fois par an pour faire le point sur l’état de santé de la centrale, notait un bilan plus que mitigé de la part de l’ASN, avec 40 incidents marquants enregistrés pour la seule année 2013. La commission accueillait cette fois-ci une délégation de Japonais qui, depuis la catastrophe de Fukushima, "réfléchissent à de nouvelles façons d’informer le public dans leur pays" - ou si l’on préfère, de le désinformer, car le public japonais, depuis la catastrophe, résiste obstinément à la réouverture des réacteurs. Ainsi, seuls 2 des 54 réacteurs détruits ou fermés après le 11 mars 2011 ont été remis en service. Il est vrai qu’au Japon, les décisions d’arrêt, d’ouverture ou de réouverture de réacteurs sont prises par les préfets, lesquels sont élus par la population et non pas désignés par le pouvoir central comme en France, où ils ne font qu’exécuter les ordres de Paris.

Aujourd’hui, on voit que les ordres de Paris viennent déjà prioritairement du ministère de la Défense : en prévision du jour où un accident majeur se produira en France. Ce jour-là, il est prévu que l’armée, et non pas la police, prenne les choses en mains. On peut raisonnablement penser que l’Intérieur et la Défense ont d’ores et déjà partagé leurs listes de citoyens dangereux, c’est-à-dire de militants antinucléaires capables, telle la CRIIRAD, de propager des informations exactes, donc susceptibles de "troubler l’ordre public". On n’attendra même pas l’heure du laitier pour venir les arrêter à leur domicile.

Sources : La Nouvelle République, Ouest France, FR3 Poitiers, EDF, ASN, Wikipedia.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

7 décembre 2019 : L’Autriche et le Luxembourg font barrage à un accord sur le programme Euratom
28 novembre 2019 : Fukushima : l’énergie nucléaire suscite la "préoccupation", dit le pape
16 octobre 2019 : Saintes, le 18 octobre : RIP et RIC, le référendum comme outil démocratique
29 septembre 2019 : Nucléaire : Le Maire juge "inacceptables" les surcoûts et retards des chantiers EPR
29 septembre 2019 : Plus de 1500 personnes pour la manifestation antinucléaire de Nancy, 3000 selon les organisateurs
28 septembre 2019 : Vent de Bure : c’est ce week-end !
12 août 2019 : Le chemin est long de la mer des Caraïbes, de...
5 août 2019 : JAPON : Un fort séisme enregistré au large de Fukushima
3 août 2019 : Saintes : 20 ans d’action pour abolir les armes nucléaires
27 juillet 2019 : Du 6 au 9 août, Saintes commémore les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki
visites :  905584

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs