ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Autres sources > Déclaration de Paix d’Hiroshima
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Déclaration de Paix d’Hiroshima
Par Kazumi MATSUI, Maire d’Hiroshima


Publié le 6 août 2013

Le 6 août 2013

Nous saluons l’aube du 68e anniversaire de “ce jour-là”. A 8h 15, le 6 août 1945, une seule bombe atomique a anéanti une famille entière. « Le bébé était bien né. Au moment même où la famille célébrait l’événement, la bombe atomique a explosé. Sans pitié, elle a pris toute cette joie, tout cet espoir, en même temps que cette nouvelle vie. »

Un autre gamin réussit, on ne sait trop comment, à survivre, mais la bombe atomique lui prit toute sa famille. Cet orphelin de la bombe A vécut dans la difficulté, la solitude, la maladie, et ne put jamais fonder lui-même de famille. Aujourd’hui, c’est un vieil hibakusha solitaire. « Je n’ai jamais été heureux d’avoir survécu », dit-il en se retournant vers son passé. Après tant d’années de terribles souffrances, sa profonde blessure demeure intacte.

Une femme qui avait subi le bombardement à l’âge de huit mois a souffert de discrimination et de préjugés. Elle avait réussi à se marier, mais un mois plus tard, sa belle-mère, qui avait été si gentille avec elle jusque-là, apprit l’existence de son livret de survivante de la bombe. « Tu es une hibakusha », m’a-t-elle dit, « nous n’avons pas besoin d’une survivante de la bombe. Va-t’en ! ». Et on m’obligea à divorcer.

Parfois, la peur des radiations provoquait des réactions laides et cruelles.

Des rumeurs sans fondement ont fait souffrir bien des survivants dans leur mariage, leur emploi, leur descendance, à chaque étape de leur vie.
Volant sans faire de distinction les vies de personnes innocentes, altérant en permanence les vies des survivants, harcelant leurs esprits et leurs corps jusqu’à la fin de leurs jours, la bombe atomique est l’ultime arme inhumaine et le mal absolu. Les hibakusha, qui ont connu l’enfer du bombardement atomique, n’ont cessé de combattre ce mal.

Dans des circonstances difficiles, pénibles, les hibakusha ont lutté contre la colère, la haine, le chagrin, et autres tourments émotionnels. Souffrant des effets d’après-coup, encore et encore ils imploraient : « Je veux être en bonne santé. Est-ce que je ne peux pas vivre une vie normale ? » Mais justement parce qu’ils avaient souffert eux-mêmes d’une telle tragédie, ils en sont venus à penser que « personne d’autre ne devrait subir une telle cruauté ». Un homme âgé de 14 ans à l’époque du bombardement plaide : « Si seulement les peuples du monde pouvaient simplement partager l’amour de la Terre et l’amour de tout le monde, la fin des guerres ne serait plus un rêve. »

Alors même que leur âge moyen dépasse 78 ans, les hibakusha continuent à communiquer leur désir de paix. Ils espèrent toujours que les peuples du monde en viendront à partager ce désir et s’engageront sur le bon chemin. En réponse à ce désir de tant d’hibakusha qui ont su dépasser tant de peine et de chagrin, le reste d’entre nous doit devenir la force qui conduira la lutte pour abolir les armes nucléaires.

A cette fin, la ville d’Hiroshima et plus de 5700 villes membres des Maires pour la Paix, en coopération avec l’ONU et les ONG partageant cet objectif, cherchent à abolir les armes nucléaires d’ici à 2020 et pèsent de tout leur poids pour obtenir à une date rapprochée une convention d’élimination des armes nucléaires.

Décideurs politiques du monde entier, combien de temps encore allez-vous rester prisonniers de la défiance et de l’hostilité ? Croyez-vous honnêtement que vous pouvez continuer à assurer la sécurité nationale en agitant vos sabres ? Venez donc à Hiroshima. Rencontrez l’esprit des hibakusha. Regardez bien en face l’avenir de la famille humaine sans vous laisser piéger par le passé, et prenez la décision de passer à un système de sécurité fondé sur la confiance et le dialogue. Hiroshima est un lieu qui incarne le grand pacifisme de la constitution japonaise. En même temps, il indique le chemin que l’humanité doit emprunter. En outre, pour la paix et la stabilité de notre région, tous les pays concernés doivent faire davantage pour obtenir une Corée du Nord sans armes nucléaires dans une Asie du Nord-Est qui devienne une zone sans armes nucléaires.

Aujourd’hui, un nombre grandissant de pays se mobilise sur les conséquences humanitaires des armes nucléaires et ils appellent à leur abolition. Le président Obama a montré son engagement en faveur du désarmement nucléaire en invitant la Russie à entamer des négociations pour de nouvelles réductions. Dans ce contexte, même si l’accord que le gouvernement japonais négocie actuellement avec l’Inde sur l’énergie nucléaire favorise leurs relations économiques, il est probable qu’il empêchera l’abolition des armes nucléaires. Hiroshima appelle le gouvernement japonais à renforcer ses liens avec des gouvernements favorables à l’abolition. Lors de la rencontre interministérielle de l’Initiative pour la Non-Prolifération et le Désarmement qui doit avoir lieu au printemps prochain à Hiroshima, nous espérons que le Japon ouvrira la voie à un renforcement du régime de non-prolifération. Et, alors que les hibakusha au Japon et outre-mer atteignent un âge avancé, nous réitérons notre demande de mesures pour améliorer leur sort. De même, nous demandons des mesures en faveur de ceux qui furent exposés à la « pluie noire », et une extension des « zones reconnues de pluie noire ».

Cet été, l’Est du Japon continue à souffrir des conséquences du grand tremblement de terre et de l’accident nucléaire. La lutte désespérée pour réhabiliter les villes d’origine continue. Les habitants d’Hiroshima connaissent bien l’épreuve de la réhabilitation. Nous ouvrons nos cœurs à tous ceux qui sont touchés et continuerons à leur apporter notre soutien. Nous appelons instamment le gouvernement national à développer rapidement et mettre en œuvre une politique énergétique responsable, qui fasse passer avant toute chose la sécurité et les moyens d’existence des personnes.

Rappelant une fois encore les épreuves que nos prédécesseurs ont traversées pendant ces 68 années, nous offrons notre compassion cordiale aux âmes des victimes de la bombe atomique en nous engageant à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éliminer ce mal absolu que sont les armes nucléaires et pour réaliser un monde de paix.

Kazumi MATSUI, Maire d’Hiroshima


Traduit de l’anglais par : Jean-Marie Matagne (ACDN)


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Nos troupes doivent quitter l’Irak
Pour un désarmement nucléaire mondial, seule réponse à la prolifération anarchique
APPEL DE PARLEMENTAIRES ET DE MEMBRES DE LA SOCIETE CIVILE
Le « petit » problème nucléaire de la Grande-Bretagne
La troisième guerre mondiale de Bush
6 Prix Nobel lancent un appel : Finissons-en avec la folie nucléaire.
Les dépenses militaires ont atteint 1700 miliards de dollars en 2015
La Coalition des Clowns Psychopathes
Paix, Salam, Shalom, Peace ! Le manifeste de la jeunesse de Gaza...
Iter, le naufrage

visites :  903950

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs