ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici La Chine s’oppose au plan nucléaire de Pyongyang
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

La Chine s’oppose au plan nucléaire de Pyongyang
jeudi 25 août 2016

Source : French China Org. Mis à jour le 25-08-2016.

Mercredi à Tokyo, lors d’un entretien annuel avec ses homologues du Japon et de Corée du Sud, Fumio Kishida et Yun Byung-se, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré que la Chine était opposée au programme de développement nucléaire de Corée du Nord. Wang Yi a déclaré que la Chine continuerait à œuvrer pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne et persisterait à trouver une issue par le dialogue et la consultation.

Le matin même, avant cette rencontre longuement attendue, la Corée du Nord avait procédé à un essai de tir de missile balistique lancé depuis un sous-marin. Le tir fut effectué après que Pyongyang a annoncé lundi, qu’une « frappe nucléaire préventive » serait lancée contre l’exercice militaire annuel conjoint des Etats-Unis et de la Corée du Sud, qui a débuté lundi et doit se poursuivre jusqu’au 2 septembre. Il s’agit du dernier d’une série de tirs effectués par Pyongyang au mépris des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies..

Wang Yi a déclaré que la Chine s’opposait à toute parole et à tout acte pouvant causer des tensions sur la péninsule coréenne, ainsi que toute action allant à l’encontre de la résolution 2270, qui fut adoptée à l’unanimité le 2 mars par le Conseil de sécurité pour étendre l’étendue des sanctions contre la Corée du Nord. Zhang Liangui, un expert en études coréennes à l’Ecole du Parti du Comité central du PCC, estime que le tir de missile de mercredi fournit un nouveau sujet pour la réunion trilatérale.

Selon lui, les commentaires des trois hauts diplomates - réaffirmant principalement leurs positions officielles - « gardent une certaine valeur ». Le message de Wang Yi est que, même si Beijing est en colère contre le plan de Séoul d’introduire [sur son territoire] le puissant système antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), qui placerait techniquement une partie de la Chine sous son radar, « la Chine n’a pas changé de position concernant la question du nucléaire sur la péninsule coréenne ».

Concernant la coopération trilatérale, le ministre chinois a indiqué que la Chine, le Japon et la Corée du Sud - trois grandes économies - devraient endosser des responsabilités plus importantes dans la promotion du développement économique en Asie de l’Est, ainsi que le maintien de la paix et de la stabilité. Il a également déclaré que les trois pays avaient besoin de renforcer leur confiance politique mutuelle, de mener une coopération pragmatique et de soutenir les échanges interpersonnels et le développement durable.

Fumio Kishida et Yun Byung-se ont déclaré, que leurs pays soutenaient la Chine dans ses efforts pour faire du Sommet des dirigeants du G20 - qui se déroulera le 4 et le 5 septembre à Hangzhou dans la province du Zhejiang - un succès. Wang Yi a appelé les nations d’Asie de l’Est à jouer des rôles de premier plan, pour que la Chine, le Japon et la Corée du Sud puissent réaliser une Communauté économique d’Asie orientale et faciliter la construction d’une « Communauté asiatique de destin partagé ».

Les diplomates se sont accordés pour accélérer les pourparlers sur un accord de libre-échange entre leurs pays et pour s’assurer que les négociations sur le Partenariat régional économique global (RCEP pour Regional Comprehensive Economic Partnership) soient terminées en septembre, comme prévu.

Feng Wei, un professeur d’études japonaises à l’Université Fudan de Shanghai, explique que les trois pays ont commencé à s’entretenir sur la mise en place d’une zone de libre-échange trilatérale en 2002, mais que celle-ci attend encore de prendre forme du fait de nombreux facteurs.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

20 juin 2019 : Nouveau retard pour le réacteur nucléaire EPR : l’autorisation de mise en service est (encore) caduque !
27 mai 2019 : Feu vert pour la planète
24 mai 2019 : Affaire Benalla, armes françaises au Yémen : solidarité avec les journalistes convoqués par la DGSI
21 avril 2019 : Comment résister à la barbarie en cravate ?
8 avril 2019 : Les Gilets Jaunes se structurent
28 mars 2019 : Il y a 40 ans, l’effrayant accident nucléaire de Three Mile Island
17 mars 2019 : Roland Oldham nous a quittés
7 mars 2019 : L’Atomik Tour en Charente Maritime, à Saintes et à Rochefort, du 13 au 15 mars
16 février 2019 : L’abolition des armes nucléaires et radioactives à l’agenda des Français et de certains Gilets Jaunes
15 février 2019 : Séisme majeur imminent au Japon, selon les scientifiques, avec risque d’accident nucléaire
visites :  881627

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs