ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici L’Azerbaïdjan menace d’engendrer une catastrophe nucléaire en frappant la centrale nucléaire arménienne de Metsamor
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

L’Azerbaïdjan menace d’engendrer une catastrophe nucléaire en frappant la centrale nucléaire arménienne de Metsamor
samedi 18 juillet 2020

Les relations diplomatiques entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie se sont considérablement dégradées au point que les deux pays en sont venus à s’affronter militairement avec, chaque jour, l’emploi d’armes de plus en plus puissantes. Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan menace officiellement de détruire la centrale nucléaire de Metsamor, ce qui pourrait engendrer une catastrophe nucléaire pour toute la région.


La centrale arménienne de Metzamor

Depuis 25 ans, l’Arménie et l’Azerbaïdjan se disputent la région du Haut-Karabakh (sud Caucase) dans des escarmouches quasi-quotidiennes. Après 4 ans d’une situation à peu près contrôlable, les affrontements se sont amplifiés gravement le 12 juillet 2020.

Si les deux camps se rejettent mutuellement la responsabilité des hostilités, les escarmouches ont fait place à une guerre ouverte avec l’emploi d’armement lourd (chars d’assaut, artillerie, missiles...). Plusieurs centaines de soldats seraient déjà morts.

Ce conflit localisé, qui peut nous sembler lointain, pourrait bien constituer une menace sérieuse pour toute la région depuis que les forces armées azerbaïdjanaises menacent la centrale nucléaire de Metsamor en Arménie avec des missiles.

En effet, frapper une centrale nucléaire, qui n’est absolument pas protégée contre de telles attaques, pourrait entraîner une véritable catastrophe nucléaire pour l’Arménie mais aussi les pays voisins comme la Russie, la Géorgie, la Turquie, l’Iran et même l’Azerbaïdjan.

La centrale nucléaire de Metsamor en Arménie, d’une puissance de 408 MW, est considérée comme l’une des centrales les plus risquées au monde. Construite dans les années 1970 et donc obsolète, elle ne comporte pas de structure de confinement primaire. En outre, elle se situe dans une région à forte sismicité. Cela n’a pas empêché le gouvernement arménien de prolonger sa durée d’exploitation jusqu’en 2026.

En réponse à cette menace sérieuse, l’Arménie a transféré d’urgence des systèmes de défense anti-aériens autour de la centrale nucléaire. L’Azerbaïdjan a officiellement menacé de frapper la centrale nucléaire, ce qui pourrait entraîner une situation critique pour toute la région, relate le site de défense Avia.pro : "La partie arménienne ne doit pas oublier que les derniers (...) systèmes en service dans notre armée sont capables de frapper la centrale nucléaire de Metsamor avec une grande précision, et cela se transformera en une immense tragédie pour l’Arménie", a déclaré le représentant du ministère azerbaïdjanais de la Défense, le Colonel Vagif Dargyakhly.

Cela priverait immédiatement 40 % du pays d’électricité, puis engendrerait une catastrophe environnementale avec les émissions radioactives et la gestion toujours extrêmement compliquée d’une catastrophe nculéaire comme en témoignent les accidents majeurs de Tchernobyl et Fukushima.

La Russie s’est récemment impliquée dans le conflit en protégeant l’Arménie avec des hélicoptères de combat tandis que la Turquie a fait part de son entière solidarité avec ses "frères" d’Azerbaïdjan. A ce titre, le président du parlement turc juge les "provocations" et les "actions agressives de l’Arménie" responsables du conflit. Pire, la Turquie menace de prendre part au conflit : « Nous condamnons fermement l’attaque ignoble contre la région de Tovuz en Azerbaïdjan. La douleur de l’Azerbaïdjan est notre douleur. La mort de l’armée azerbaïdjanaise ne restera pas sans réponse » , a déclaré Hulusi Akar, chef du ministère turc de la Défense.

Si les pourparlers se poursuivent pour mettre fin à cette dangereuse escalade, cela nous rappelle combien l’énergie nucléaire est une source d’énergie extrêmement risquée : aucune centrale nucléaire n’est construite pour endurer une attaque qu’elle soit terroriste ou liée à un conflit ouvert.

Les centrales nucléaires sont particulièrement vulnérables et sont des cibles faciles aux conséquences dévastatrices pour tout une région ou un pays.

Source


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

8 octobre 2020 : La Russie a testé avec succès un missile hypersonique
14 juillet 2020 : CONCERT POUR HIROSHIMA ET NAGASAKI le 6 août 2020 à Saintes
2 juin 2020 : Défaillance sur le réacteur nucléaire EPR finlandais d’un équipement présent sur tous les EPR
7 mai 2020 : Appel : Construire la paix et la sécurité
24 mars 2020 : AFFAIRE COMMUNE DE DOLUS D’OLERON c/ McDONALD’S & SCI NICOVAL
17 février 2020 : Graeme Allwright nous a quittés
7 décembre 2019 : L’Autriche et le Luxembourg font barrage à un accord sur le programme Euratom
28 novembre 2019 : Fukushima : l’énergie nucléaire suscite la "préoccupation", dit le pape
16 octobre 2019 : Saintes, le 18 octobre : RIP et RIC, le référendum comme outil démocratique
29 septembre 2019 : Nucléaire : Le Maire juge "inacceptables" les surcoûts et retards des chantiers EPR
visites :  977871

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs