ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Nucléaire iranien : le temps presse pour tous les acteurs
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Nucléaire iranien : le temps presse pour tous les acteurs
dimanche 7 février 2021

L’Orient - Le Jour, le 6 février 2021

Les protagonistes de l’accord sur le nucléaire iranien sont engagés dans une course contre la montre pour sauver ce pacte, menacé par les avancées de l’Iran vers la bombe atomique. Le « temps presse » : ce constat revient tel un leitmotiv depuis la décision début janvier de Téhéran de franchir un nouveau pas dans l’enrichissement d’uranium, en violation de ses engagements, et à l’approche d’une nouvelle échéance majeure pour le devenir de l’accord. « Il y a une certaine urgence à agir », soulignait mardi le porte-parole du Département d’État américain, Ned Price. « L’Iran est en train de se doter de la capacité nucléaire », s’alarme le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

L’accord sur le nucléaire de 2015 – impliquant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, Grande-Bretagne, Chine, France, Russie et États-Unis, plus l’Allemagne – est déjà suspendu à un fil depuis que les Américains en sont sortis avec fracas en 2018 sous la houlette de Donald Trump. Ce Plan d’action global commun (JCPOA en anglais) vise à empêcher l’Iran de se doter de l’arme atomique en échange d’une levée des sanctions internationales qui éreintent son économie. Mais la République islamique a riposté au rétablissement de lourdes sanctions américaines par un détricotage progressif de l’accord.Tous les regards sont désormais tournés vers la nouvelle administration américaine qui se dit prête à revenir dans le JCPOA à condition que Téhéran mette fin au préalable à toutes ses violations. Les Iraniens, qui réclament le scénario inverse (la levée des sanctions d’abord, la fin de leurs violations ensuite), continuent pendant ce temps de s’affranchir de leurs obligations.

Tempo accéléré

En reprenant son enrichissement d’uranium à hauteur de 20 %, un seuil à vocation militaire, après d’autres violations déjà très emblématiques, Téhéran réduit dangereusement son « breakout time », soit le délai pour acquérir la matière fissile nécessaire à la fabrication d’une bombe. Ce délai, qui était d’un an sous l’égide du JCPOA, est tombé à quelques mois, moins de six selon des sources israéliennes, à peine plus selon d’autres. En multipliant les violations, « les Iraniens accélèrent le tempo pour que les négociations reprennent et que l’étau des sanctions se desserre parce qu’ils sont exsangues économiquement », estime Benjamin Hautecouverture, expert à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) à Paris. Le gouvernement modéré-réformateur du président Hassan Rohani, aux prises avec les conservateurs du régime, hostiles à l’accord, fait aussi face à un enjeu électoral important avec la présidentielle de juin. Si les durs l’emportent et si l’Iran opte pour une « fuite en avant » comme dans les années qui ont précédé le JCPOA, la « fenêtre se refermera », redoute une source européenne proche du dossier. Dans l’immédiat, il s’agit de « faire monter les enchères afin de s’engager dans la meilleure position possible dans les négociations », analyse une source gouvernementale française.

Des acquis irréversibles

Au fil des avancées, les Iraniens acquièrent aussi un savoir-faire technologique irréversible, s’inquiètent les Occidentaux. « Ça ne peut pas être “désinventé” ou “désappris” », souligne Benjamin Hautecouverture. L’ultime tabou pourrait tomber le 21 février si les Iraniens s’avisent de restreindre l’accès des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à leurs sites, ajoutant à l’opacité. « On sera alors dans une forme de fait accompli accéléré. Il faut arrêter cela avant que cela ne devienne trop grave », assène la source européenne. Le président Joe Biden ne peut, de son côté, donner l’impression de signer un chèque en blanc aux Iraniens alors que le Congrès reste très partagé sur le retour au JCPOA. Certains préféreraient poursuivre sur la lancée de Donald Trump et forcer l’Iran à négocier un accord plus large, incluant un encadrement de son programme balistique et de ses activités régionales. Une requête totalement rejetée par Téhéran, qui réclame avant tout des gages sur les sanctions. Pour arriver à un compromis, Américains et Iraniens vont devoir s’entendre sur un calendrier de restauration progressive de leurs engagements et de la confiance. L’Iran pourrait revenir dans les clous de l’accord « en deux à trois mois » et le JCPOA « ouvrir alors la voie à d’autres négociations », estime le centre d’analyse International Crisis Group. Au milieu de ce maelström incessant, les Européens entendent pour leur part jouer les « facilitateurs ». « Je ferai tout mon possible » pour aider à réengager le dialogue, a promis jeudi le président français Emmanuel Macron.

Valérie LEROUX/AFP

Source


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui
print Version à imprimer

Partager via les réseaux sociaux

Autres brèves

6 février 2021 : Nouvelle politique énergétique de la Pologne jusqu’en 2040 : centrales nucléaires en vue !
28 janvier 2021 : L’horloge de l’apocalypse reste toujours aussi proche de minuit
19 janvier 2021 : Le temps est venu d’en finir avec la terreur atomique
16 décembre 2020 : Le Sevmorput, cargo nucléaire en avarie, frôlera nos côtes à Noël
8 novembre 2020 : Le temps est venu d’un monde pacifié et sans armes nucléaires
8 octobre 2020 : La Russie a testé avec succès un missile hypersonique
18 juillet 2020 : L’Azerbaïdjan menace d’engendrer une catastrophe nucléaire en frappant la centrale nucléaire arménienne de Metsamor
14 juillet 2020 : CONCERT POUR HIROSHIMA ET NAGASAKI le 6 août 2020 à Saintes
2 juin 2020 : Défaillance sur le réacteur nucléaire EPR finlandais d’un équipement présent sur tous les EPR
7 mai 2020 : Appel : Construire la paix et la sécurité
visites :  995850

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs