ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Articles d’actualité > Fukushima, c’était prévu. Fukuchinon, c’est pour demain.
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Fukushima, c’était prévu. Fukuchinon, c’est pour demain.


Publié le 11 mars 2014

Le 11 mars 2011, le tremblement de terre et le tsunami qui frappent la région de Fukushima y font des milliers de morts. Ils initient une immense catastrophe nucléaire qui rend la région inhabitable, oblige des centaines de milliers de Japonais à l’exil intérieur. Elle se poursuit sous nos yeux. Des tonnes d’eau radioactive se déversent chaque jour dans l’Océan Pacifique. La contamination atteint les côtes californiennes et rend les produits de la mer radioactifs. En silence mais sûrement, la catastrophe prend des dimensions planétaires.

On aurait pourtant pu l’éviter. Elle était prévisible. La preuve : huit ans plus tôt, en 2003, une militante antinucléaire japonaise aujourd’hui décédée, Satomi Oba, directrice de l’association Plutonium Action Hiroshima, lançait un avertissement aussitôt traduit et publié par ACDN sur son site : JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE. "Du point de vue sismique, écrivait-elle, il est incroyable que plus de 50 réacteurs soient dispersés à travers l’archipel japonais, alors que ces îles sont criblées d’innombrables failles sismiques en activité." Personne ne l’a écoutée, ni elle, ni les experts auxquels elle se référait. Ils avaient pourtant raison.

Aujourd’hui, nous, citoyens radicalement opposés au nucléaire tant civil que militaire, lançons aux autorités françaises un avertissement similaire : en mars 2011, le Japon avait 54 réacteurs nucléaires en service ; treize mois plus tard, il n’en avait plus aucun. En mars 2014, la France a 58 réacteurs en service et chaque jour qui passe rend un peu plus probable un accident majeur et une catastrophe comme celles de Tchernobyl, Fukushima, ou pire encore. De même, si la France refuse toujours de négocier et mettre en oeuvre avec les autres puissances concernées l’abolition des armes nucléaires, un jour ou l’autre celles-ci nous détruiront.

La France va-t-elle donc attendre la catastrophe pour se décider à fermer ses 58 réacteurs électronucléaires ? Leur fermeture la plus rapide possible, résolument et méthodiquement organisée, est un impératif de survie. Il faut d’urgence concevoir et mettre en œuvre un programme énergétique alternatif au nucléaire. Il y faut une vaste mobilisation, gouvernementale et populaire. La sortie du nucléaire, tant civil que militaire, doit être traitée comme une grande cause nationale - la première de toutes. Quand on est en danger de mort, on ne lésine pas sur les moyens d’y échapper.

Et ce qui vaut pour le civil vaut pour le militaire, d’autant plus que les bombes sont extraordinairement coûteuses, moralement criminelles, militairement inutiles, et loin de garantir la paix, contribuent à l’insécurité du monde... sans jamais produire le moindre kilowattheure.



L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Nous devons empêcher le président Macron d’exercer une violence d’Etat illégitime
Référendum sur l’abolition des armes nucléaires : Objection et Réponse.
LA BOMBE ECOSSAISE
Saintes commémore le 70e anniversaire des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki
Génocide à l’Uranium Appauvri à Gaza : le dossier
Alain Juppé, ministre de la Défense, répond au président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
Désarmement nucléaire : "Ce qui freine le plus au niveau des Etats, actuellement, c’est la France"
Tout va très bien, Monsieur le Président...
LA CRISE NE S’ARRANGE PAS
100 personnalités du monde entier lancent la campagne « Global Zero »

visites :  893116

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs