ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Articles d’actualité > Adresse à la Conférence des évêques de France
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Noël de paix et de fraternité pour un monde sans armes nucléaires
Adresse à la Conférence des évêques de France


Publié le 24 décembre 2014

Le 8 décembre dernier, le Pape François, s’adressant à la 3e "Conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires" qui réunissait à Vienne les représentants de 158 Etats, affirmait qu’« un monde sans armes nucléaires est vraiment possible » et appelait chacun à le réaliser. Ce voeu valait naturellement pour l’Eglise de France, comme le suggère cette lettre adressée à ses pasteurs. En cette période de Noël dédiée à la paix et la fraternité, on ne peut que souhaiter que les évêques entendent le Pape et contribuent à éveiller les consciences françaises, jusqu’au sommet de l’Etat. Et que la presse, les médias français, toutes tendances confondues, s’ouvrent enfin à la question.


Messeigneurs,

Permettez-moi d’attirer votre attention sur un message du Pape dont le sujet pourrait vous concerner. C’est la troisième fois que je m’adresse à vous à ce sujet, veuillez m’en excuser. Il dépend en bonne part de vous que ce soit la dernière.

En mars 2013, au lendemain de l’élection du pape François qu’on disait devoir être « le pape des pauvres et de la paix » - un pronostic confirmé par la suite -, je vous avais demandé :

« Ne serait-il pas temps, Messeigneurs, que l’Eglise de France, assumant son magistère spirituel, prenne clairement position pour l’abolition des armes nucléaires, même françaises, et pour le transfert à des fins humanistes des sommes et des ressources dépensées pour cet emploi aussi absurde que criminel ? N’attendez donc pas d’y être incités par François 1er. »

Je n’ai reçu aucune réponse.

Le 20 novembre dernier, à l’approche de la 3e Conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires qui devait se tenir à Vienne les 8 et 9 décembre 2014, je vous ai écrit à nouveau :

« L’occasion s’offre à vous, Messeigneurs, de rompre ce silence. Sans doute devriez-vous dire publiquement que les armes nucléaires sont des armes de crimes contre l’humanité, que leur fabrication, leur stockage, la menace de les employer, sont, du point de vue de la conscience chrétienne comme de la conscience humaine universelle, aussi intolérables que leur emploi effectif, puisqu’elles préparent cet emploi, le rendent possible et risquent de le provoquer, y compris par accident. (…) Sans en préjuger, c’est, selon toute vraisemblance, ce que Sa Sainteté le pape François dira dans le message qu’il a prévu de faire lire, lors de la cérémonie d’ouverture de la Conférence de Vienne, par Mgr Silvano Mario Tomasi, nonce apostolique, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies à Genève. Pourquoi ne le diriez-vous pas vous-même au nom de l’Eglise de France ? Cela aurait un grand retentissement, en France et à l’étranger. Ce serait votre contribution à l’abolition des armes nucléaires. »

Vous êtes nombreux à avoir accusé réception de cette missive, et je vous en remercie. Mais deux d’entre vous seulement m’ont répondu, dont un au moins a écrit au Président de la République pour lui demander de faire représenter la France à la Conférence de Vienne.

Finalement, la France n’est pas allée à Vienne, mais une vingtaine de citoyens français dont je faisais partie y sont allés. J’y ai fait la connaissance de Mgr Silvano Tomasi, et c’est avec ses encouragements que je reprends le clavier. Pour vous dire ce qui suit.

Il serait absurde de vous rendre responsables de l’absence de la France à cette Conférence, malgré la participation de 158 pays, incluant quatre Etats nucléaires dont deux membres permanents, comme elle, du Conseil de sécurité de l’ONU : les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Mais tout de même, Messeigneurs : ne seriez-vous pas quelque peu responsables, collectivement, de l’omerta qui couvre en France, depuis des décennies, la question du désarmement nucléaire ? Responsables, collectivement, de la censure que la presse française, y compris catholique, fait subir au Pape, à votre Pape, sur ce sujet précis ? Certes, vous déléguez à une émanation militante de l’Eglise, ouverte aux autres chrétiens, Pax Christi, le soin de faire écho sur son site aux prises de position pontificales, claires et répétées. Mais cela vous exonère-t-il d’aborder le sujet en tant que pasteurs de l’Eglise de France ?

Votre silence pèse lourd, et je ne suis pas seul à le regretter : « Les évêques sont trop habitués à attendre leurs instructions de Rome. Ils doivent être courageux et prendre leurs responsabilités. Il faut qu’ils s’expriment et parlent fort. Nous n’entendons pas beaucoup les évêques français alors que la France a des pasteurs de haut niveau », déclare le cardinal Walter Kasper (La Croix, 16/12/2014, p. 18)

Sur le désarmement nucléaire, vous n’attendez pas les « instructions de Rome » : tout se passe comme si vous ne les entendiez même pas ! Résultat : La Croix, qui n’hésitait pas à reproduire in extenso le discours du pape au Parlement Européen et qui consacre sa page « Religion » du 17 décembre au « rappel à l’ordre mesuré du Vatican aux religieuses américaines », a complètement ignoré le message papal à la conférence de Vienne, faisant ainsi chorus… dans le silence… avec le reste de la presse française qui, du Figaro à l’Humanité en passant par Le Monde, n’en a pas soufflé mot, pas plus que de la Conférence elle-même !

Faut-il en conclure que la Conférence des évêques de France censure le Pape ? L’Evangile ?

A contrario, voyez l’attitude des évêques japonais. Ils ne se contentent pas de condamner les armes nucléaires, dont la population d’Hiroshima et de Nagasaki a fait la tragique expérience (car ce fut une « expérience ») en août 1945. Ils condamnent également, avec vigueur, les centrales nucléaires. Voyez les articles de Pax Christi  : Au Japon, les évêques réaffirment leur refus des armes nucléaires ; Les évêques catholiques du Japon demandent au gouvernement de sortir du nucléaire ; Au Japon, l’Eglise catholique réitère au gouvernement son appel à sortir du nucléaire.

Faudrait-il en conclure que les évêques français n’ont pas le courage des évêques japonais ? Que les Français devront subir le même sort que les Japonais, soit deux bombardements atomiques et une catastrophe nucléaire, pour que leurs pasteurs se préoccupent de leur sort ? Que le pourcentage de catholiques français devra tomber au niveau de celui des catholiques japonais (0,5 % de la population) pour que l’épiscopat français adopte enfin la même liberté de parole que l’épiscopat japonais à l’égard du gouvernement ?

Il est paradoxal, Messeigneurs, que ce soit un incroyant qui vous transmette et vous prie d’écouter le message pontifical. C’est pourtant ce que je fais, après l’avoir traduit ici. Après tout, "les voies du Seigneur sont insondables"… Et Noël approchant, son message de paix saura sûrement vous inspirer.

Ce que je vous prie de faire - dans un esprit que je crois partagé par nombre de chrétiens - est simple et facile à réaliser : emparez-vous du sujet, débattez-en, et prenez clairement position par la voix de votre « Conférence ». Croyants et incroyants vous en seront reconnaissants.

J’ai publié mes deux lettres précédentes. Je serais heureux, cette fois, de pouvoir publier aussi votre réponse, dans un délai raisonnable.

Je vous souhaite un Noël de paix et de fraternité, et une heureuse année 2015.

Saintes, le 20 décembre 2014

Jean-Marie Matagne
Docteur en philosophie
Président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN)


Autres articles sur le sujet :
- Le pape François déclare : "Un monde sans armes nucléaires est vraiment possible."
- L’Eglise de France, le désarmement nucléaire et la conférence de Vienne
- L’explosion d’une bombe atomique, risque pas si virtuel au XXIe siècle
- Russie, Cuba, USA : en finir avec l’héritage de la Guerre froide
- En direct de Vienne : 3e Conférence internationale sur l’impact des armes nucléaires
- La France face au désarmement nucléaire
- Impact humanitaire des armes nucléaires : la France ira-t-elle discuter à Vienne ?
- Selon Laurent Fabius, la France doit pouvoir commettre des "crimes de masse" en toute impunité


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

L’Iran réaffirme qu’il n’a pas l’intention de se procurer l’arme nucléaire
Le pape des pauvres et de la paix ? Lettre ouverte aux cardinaux et aux évêques de France
On ne guérit pas la peste en propageant le choléra
Le désastre de la Base Avancée Falcon
Demande d’invalidation des candidatures de MM. Hollande et Sarkozy
Dissuasion nucléaire : la contestation gagne les ministres et s’affiche à l’Assemblée Nationale
QUI MENT ? QUI DESINFORME ? QUI OPPRIME ?
Hiroshima, Tchernobyl, Fukushima : funestes anniversaires
"Energies équitables" revient de Martinique
A 2 minutes de l’Apocalypse atomique, le Parlement français est saisi d’une proposition de référendum visant à abolir les armes nucléaires et radioactives

visites :  893584

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs