ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Les lettres d’ACDN > Vous avez dit ’Step’ ?
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

La Lettre N°3
Vous avez dit ’Step’ ?
par Jean-Marie Matagne


Publié le 5 février 2005

Comment traduire en français le mot anglais "step" ? C’est soit un pas que l’on fait, soit une marche d’escalier. Polysémie du mot anglais, tantôt désignant le mouvement de la jambe et du pied, tantôt le plan immobile sur lequel le pied prend appui, quand son mouvement devient ascensionnel (par l’escalier, sans ascenseur). Mais ne reprochons pas ses ambiguités à la perfide Albion. La France "cartésienne" ou réputée telle (hélas) ne fait pas mieux : la marche dont on vient de parler désigne certes le degré fixe d’un escalier, mais aussi le mouvement du corps tout entier qui se transporte en avant... Finalement, dans chacune des langues, on semble admettre que le mouvement, du moins quand il s’agit du corps humain, prend nécessairement appui sur quelque chose. Et ce quelque chose marque une étape - autre façon possible de traduire le mot "step", en fonction du contexte. Remarquons au passage que le mot "étape" porte en lui la même ambiguïté, puisqu’il peut désigner soit un déplacement parcouru d’une seule traite, par exemple en une journée, soit le lieu où l’on s’arrête au terme du déplacement, pour le reprendre ensuite lors d’une nouvelle étape (mobile) vers la prochaine étape (immobile). On devine ce qui explique toutes ces ambiguités : la terrible dialectique du temps et du mouvement -que nous laisserons de côté pour le moment. Quoi qu’il en soit donc, fixe ou mobile, la première étape, pour un esprit français, précède la seconde, qui précède la troisième. Même quand on "brûle les étapes" : dans ce cas, si on ne s’arrête pas aux étapes (fixes) normalement prévues, on passe tout de même par elles, et on a beau accélérer le mouvement au point de n’en faire qu’un seul quand il en faudrait trois (par exemple), il n’empêche que cet unique mouvement en enchaîne plusieurs dans un ordre défini . Impossible de parcourir la distance (c’est-à-dire l’étape spatiale ) de ce qui aurait dû être la troisième étape (temporelle) avant d’avoir parcouru la seconde et, d’abord, la première. Une étape succède toujours à une autre. Les francophones avancent étape par étape , même quand ils mettent "la charrue avant les boeufs" (dans ce cas, ils n’avancent plus, la charrue ayant du mal à tirer les boeufs ; mais pour s’immobilliser aussi bêtement, il leur a d’abord fallu déplacer les bovidés...). Ils peuvent même, dans un accès de prudence, avancer pas à pas. Les anglophones aussi : step by step. Sauf quand il s’agit du TNP. Alors là, rien de va plus. On voit proliférer les "steps" en tous genres. Il y en avait treize dans la dernière version du TNP, celle qui reste officiellement en vigueur jusqu’à la prochaine Conférence de révision de mai 2005 (la VIIe... et dernière ?). Treize "steps", treize "étapes" que les puissances nucléaires ont tellement peu franchies qu’il faut bien le reconnaître : elles ne sont pas dans l’escalier. Elles en empruntent un autre. Il y a maintenant sept autres "steps" : celles que vient de proposer le directeur de l’AIEA, Mohamed El Baradei, pour sauver le TNP, et si possible le monde. Et si possible l’industrie nucléaire. Qu’on se rassure : ce ne sont pas les seules "steps" qu’on nous propose.

(A SUIVRE)

Jean-Marie Matagne


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Le quadruple jeu de la politique nucléaire française
La paix passe par le désarmement
A l’ONU, la France doit s’engager pour l’abolition des armes nucléaires
6 avril 2007 : Comment le pire a peut-être été évité
Le maire d’Hiroshima à Bruxelles
La loi dite "de transition énergétique" devant la Commission Mixte Paritaire Assemblée Nationale-Sénat
Abolition des armes nucléaires : lettre au Président de la République
Nos vœux pour 2009
La bombe brésilienne
Il faut cesser de bâillonner le mouvement antinucléaire

navigation motscles

TNP
La conférence sur le Traité de non-prolifération se termine sans accord.
New York, capitale du désarmement nucléaire ?
DECLARATION DE VIENNE
La France va-t-elle soutenir la création d’un Comité spécial de l’ONU pour le désarmement et la non-prolifération nucléaires ?
Le Groupe des Fournisseurs Nucléaires torpille le Traité de Non Prolifération
2005 s’annonce mal... Bonne année tout de même !
A New York, les ONG abolitionnistes condamnent la pression de l’industrie nucléaire en faveur d’une "renaissance du nucléaire"
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français
Commission préparatoire à la révision quinquennale du Traité de Non-Prolifération
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?

visites :  881380

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs