ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Autres sources > Déclaration de Mohamed ElBaradei, Directeur général de l’AIEA*
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Déclaration de Mohamed ElBaradei, Directeur général de l’AIEA*
publiée dans le Financial Times du 2 février 2005


Publié le 4 février 2005

Traduit de l’’anglais par ACDN**

Dans quatre mois, à New York, le monde aura une occasion unique d’apporter des améliorations considérables à la sécurité internationale.

La question est de savoir si nous serons assez intelligents pour nous en saisir.

Ces dernières années, trois phénomènes -l’émergence d’un marché noir du nucléaire, les efforts déterminés de nouveaux pays en vue d’acquérir la technologie qui permet de produire les matériaux fissiles utilisables dans les armes nucléaires, et la volonté clairement exprimée de terroristes d’acquérir des armes de destruction massive- ont radicalement modifié le paysage sécuritaire.

Nous avons tenté de résoudre ces nouveaux problèmes avec les instruments existants. Mais à chaque étape, nous avons découvert de nouvelles vulnérabilités dans le système.

Le système lui-même - le régime d’application du Traité de Non-Prolifération des Armes Nucléaires (TNP) - a clairement besoin d’être renforcé.

Certaines décisions indispensables pourraient être prises en mai prochain, mais seulement à condition que les gouvernements soient prêts à agir.

L’occasion offerte à New York prendra la forme d’une conférence. Si cela devait signifier encore plus de bureaucratie -les scénarios cauchemardesques de la sécurité nucléaire engendrant encore plus de réunions- je partagerais le point de vue des sceptiques.

Mais il ne s’agit pas d’une conférence banale. Tous les cinq ans, la Conférence de Révision du TNP rassemble les dirigeants du monde entier à la même table de négociations pour se concentrer sur les moyens de combattre la menace des armes nucléaires. Tous les pays y participeront en tant que parties au Traité, tous excepté quatre -et compte tenu du caractère global des menaces auxquelles nous avons à faire face, ces quatre pays (Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord) devraient être invités à verser eux aussi au pot commun leurs conceptions et préoccupations.

Avec sept étapes simples -et sans avoir à amender le traité- cette Conférence pourrait marquer une étape historique dans le renforcement de la sécurité mondiale.

1. Décider un moratoire de 5 ans sur la création de nouvelles installations d’enrichissement d’uranium et de séparation du plutonium. Il n’y a aucune raison sérieuse de construire davantage d’installations de ce type, à caractère proliférant ; l’industrie nucléaire a déjà une capacité de production de combustible supérieure aux besoins de ses centrales nucléaires et de ses réacteurs de recherche.

Pour rendre ce moratoire acceptable par tout le monde, les pays qui disposent déjà de telles installations devront s’engager à fournir aux autres, à un prix économique, du combustible nucléaire pour des usages de bonne foi. Cette période de 5 ans devra être mise à profit pour développer des options à long terme plus satisfaisantes pour la gestion de ces technologies (par exemple, au sein de centres régionaux sous contôle multinational). Pour faire avancer ces idées, j’ai engagé un groupe d’experts nucléaires internationaux, et leur propositions seront soumises à la Conférence de Mai.

2. Accélérer les efforts existants, faits par les Etats-Unis dans le cadre de l’Initiative de Réduction de la Menace Mondiale et par d’autres, en vue de modifier les réacteurs de recherche qui fonctionnent à travers le monde avec de l’uranium hautement enrichi - en particulier ceux qui utilisent du combustible métal susceptible d’être immédiatement employé comme explosif militaire. Convertir ces réacteurs à l’usage d’uranium faiblement enrichi, et accélérer la recherche technique sur les moyens de se passer de l’uranium hautement enrichi dans tous les usages pacifiques du nucléaire.

3. Elever la barre des règles d’inspection en faisant du "Protocole Additionnel" la norme de vérification de la conformité au TNP. A défaut d’étendre l’obligation de ce protocole, les droits d’inspection de l’AIEA sont bien trop limités. Il a récemment fait la preuve de son efficacité en Irak, en Libye et ailleurs, et il devrait être rendu obligatoire pour tous les pays.

4. Appeler le Conseil de Sécurité de l’ONU à traiter rapidement et de façon déterminée le cas de tout pays qui se retirerait du TNP, compte tenu du danger que ce retrait représente pour la paix et la sécurité internationales.

5. Appeler tous les Etats à agir conformément à la récente résolution 1540 du Conseil de sécurité, à pourchasser et poursuivre en justice tout commerce illicite de matériels, matériaux et technologies nucléaires.

6. Appeler les cinq Etats nucléaires parties au TNP à accélérer l’exécution de leur "engagement sans équivoque" pour le désarmement nucléaire, en réalisant des efforts du genre du Traité de Moscou entre la Russie et les Etats-unis. Négocier un traité pour bannir définitivement la production de matériaux fissiles destinés à des programmes d’armement nucléaire constituerait un bon point de départ.

7. Reconnaître l’instabilité due aux tensions persistantes qui incitent à la prolifération -dans des régions comme le Moyen Orient et la péninsule coréenne-, prendre les mesures nécessaires pour combler les déficits de sécurité existants et, là où c’est nécessaire, fournir des garanties sécuritaires. Dans le cas du Moyen Orient, appeler toutes les parties concernées à poursuivre un dialogue sur la sécurité régionale en tant qu’élément du processus de paix. L’un des buts de ce dialogue devrait être de transformer le Moyen Orient en zone exempte de toute arme nucléaire.

Aucune de ces étapes ne saurait fonctionner séparément des autres. Chacune requiert quelque concession de la part de quelqu’un. Mais si toutes les parties prennent cette direction, l’ensemble de ces propositions créera des avantages pour tous et pour chacun.

Une telle occasion se reproduira - en 2010. Mais compte tenu de l’ampleur des enjeux et des tendances actuelles, nous n’avons tout simplement pas le temps d’attendre cinq ans de plus. Comme un comité d’experts de haut niveau des Nations Unies l’a déclaré récemment, "nous approchons du point de non-retour où l’érosion du régime de non-prolifération pourrait devenir irréversible et provoquer une cascade de prolifération."

Le monde tel que nous le connaissons ne survivrait pas à ce tsunami d’origine humaine.

*Agence Internationale de l’Energie Atomique, agence de l’ONU chargée de promouvoir l’énergie atomique "à des fins pacifiques" (civiles) tout en contrôlant son non-détournement vers des fins militaires.

**Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN)
31 Rue du Cormier - 17100 - Saintes (France)


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Accident de Marcoule : Chiffres erronés, voire mensongers, sur la radioactivité des déchets de CENTRACO
Mordechaï Vanunu : « C’est parce qu’Israël détient la bombe atomique qu’il peut pratiquer sans crainte l’apartheid »
Une Troisième Guerre Mondiale, sinon rien : les implications d’une attaque US contre l’Iran
Effets des armes israéliennes : les malformations à la naissance en augmentation à Gaza
La troisième guerre mondiale de Bush
Nos troupes doivent quitter l’Irak
Le pape François déclare : "Un monde sans armes nucléaires est vraiment possible."
Panache radioactif : COLERE ET INDIGNATION
La Grande-Bretagne pourrait peut-être se passer de dissuasion nucléaire
François Hollande à Istres : Discours sur la dissuasion nucléaire, 19 Février 2015

navigation motscles

AIEA
Faut-il abandonner le TNP et démanteler l’AIEA ?
Lettre d’ACDN à S.E. l’ambassadeur d’Iran à Paris
Bagdad atomisée ? Il faut connaître la vérité.
Le prix Nobel de la Paix attribué à Mohammed ElBaradei et à l’AIEA
Vers une enquête de l’ONU sur l’Uranium Appauvri à Gaza
Les Etats arabes disent qu’Israël a utilisé à Gaza des armes contenant de l’Uranium Appauvri
Désarmement nucléaire
"Israël ne baissera pas les bras."
Barack Obama s’engage pour l’abolition des armes nucléaires
LETTRE OUVERTE aux candidates et candidats à la présidence de la République et au PC Jupiter
L’Action des citoyens rendra-t-elle les armes ?
Bonne nouvelle en provenance de Russie : le désarmement nucléaire progresse... involontairement !
Le désarmement nucléaire, une urgence absolue
Eva Joly aux EGMV : "La France doit sortir du nucléaire civil et prendre le leadership du désarmement nucléaire."
Lettre à François Hollande, Eva Joly, et aux candidats déclarés à la présidentielle de 2012
New York, capitale du désarmement nucléaire ?
Nucléaire iranien : Ségolène Royal a raison
matières fissiles
L’Iran réaffirme qu’il n’a pas l’intention de se procurer l’arme nucléaire
Lettre d’ACDN à l’ambassadeur de France auprès de la Conférence du Désarmement (15 août 2003)
D’Eurodif (Georges Besse I) à Georges Besse II
ONU
A l’ONU, la France doit s’engager pour l’abolition des armes nucléaires
Uranium Appauvri à Gaza : l’ONU doit enquêter
La France va-t-elle soutenir la création d’un Comité spécial de l’ONU pour le désarmement et la non-prolifération nucléaires ?
TNP
In Memoriam : Sir Joseph Rotblat (1908-2005)
L’Assemblée Mondiale pour l’Energie Renouvelable de 2005 lance un appel en faveur du droit humain à l’énergie renouvelable
La conférence sur le Traité de non-prolifération se termine sans accord.
Commission préparatoire à la révision quinquennale du Traité de Non-Prolifération
DECLARATION DE VIENNE
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
Les cinq « Grands » pour le désarmement nucléaire
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français
Vous avez dit ’Step’ ?
JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE

visites :  1011681

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs