ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Communiqués > Nucléaire et démocratie. Référendums, bulletins de vote et manifestations.
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Nucléaire et démocratie. Référendums, bulletins de vote et manifestations.
Communiqué d’ACDN, 18 mars 2011


Publié le 18 mars 2011


Le désastre de Fukushima était parfaitement prévisible. L’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire a traduit et publié en 2003 sur son site www.acdn.net un rapport de la militante antinucléaire aujourd’hui décédée Satomi Oba, intitulé : JAPON : SORTIR DE LA FOLIE NUCLEAIRE. Satomi écrivait notamment :

« Du point de vue sismique, il est incroyable que plus de 50 réacteurs soient dispersés à travers l’archipel japonais, alors que ces îles sont criblées d’innombrables failles sismiques en activité... Les experts en sismologie nous mettent aujourd’hui en garde contre la possibilité d’énormes tremblements de terre causés dans un proche avenir par la dynamique des plaques. Le gouvernement a beau proclamer que les réacteurs nucléaires et leurs installations sont conçus à l’épreuve des séismes, de sérieuses questions demeurent : dans le cas d’un énorme tremblement de terre, personne ne peut garantir leur sûreté... Encore une fois, il n’y a aucun moyen de prévoir avec exactitude un tremblement de terre, et le gouvernement sous-estime les risques sismiques au regard des centrales et de leur capacité de résistance. Pourtant, de plus en plus d’experts et de responsables politiques expriment leurs inquiétudes. »

Les experts et les responsables politiques conscients du problème n’ont pas été entendus. On en voit le résultat. Il en va de même en France, où les critiques du nucléaire dénoncent en vain depuis des années l’immense danger qu’il fait peser sous ses deux formes, civile et militaire, sur notre pays et sur toute la planète. Faudra-t-il donc attendre la catastrophe suivante pour leur donner raison ?

Dans l’indifférence générale, l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire réclame depuis quinze ans - depuis sa fondation en 1996 - l’organisation d’un référendum sur l’engagement de la France dans un processus global d’abolition de toutes les armes de destruction massive, nucléaires, biologiques et chimiques. Nous estimons que le peuple français a le droit et le devoir de décider s’il veut ou non faire reposer sa prétendue sécurité sur la préparation et la promesse d’un crime contre l’humanité.

Contrairement aux armes nucléaires, les centrales nucléaires ne sont heureusement pas, par destination, des armes de destruction massive. Mais elles peuvent le devenir par accident ou par acte de guerre. Elles méritent donc, pour cette raison et beaucoup d’autres, de faire aussi l’objet d’un référendum. Cependant, un référendum ne s’improvise pas, surtout pas sous l’effet de l’émotion. Une consultation référendaire sur un sujet d’une telle importance nous paraît donc légitime, mais n’être ni possible, ni souhaitable à brève échéance.

Cependant nous pouvons, en tant que citoyens, faire savoir dès dimanche aux apprentis sorciers qui nous gouvernent, que nous ne sommes pas d’accord avec leur politique nucléaire, tant civile que militaire.

Si nous sommes concernés par une élection cantonale, nous pouvons le leur faire savoir en votant pour un(e) candidat(e) ayant clairement pris position pour la sortie du nucléaire ou, à défaut d’avoir ce choix, en déposant dans l’urne un bulletin blanc ou un bulletin dit « nul » portant cette inscription : « Sortons du nucléaire civil et militaire ! ». Faire cela au lieu de s’abstenir, c’est un acte civique efficace.

Dans tous les cas, nous pouvons manifester notre volonté de changement en participant à l’un des rassemblements organisés ce dimanche 20 mars (en général à 15h) dans notre ville ou notre région pour dire : NUCLÉAIRE : NOUS VOULONS AVOIR LE CHOIX !

Pour ACDN, le bureau

Jean-Marie Matagne, président

- Action des Citoyens pour le
Désarmement Nucléaire (ACDN)
- 31, Rue du Cormier - 17100 - SAINTES
- Tel : 06 73 50 76 61
- contact@acdn.net - www.acdn.net


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

NON à L’EPR ! NON au nucléaire civil et militaire !
Corée du Nord, Iran : le nucléaire civil, fourrier des armes nucléaires
Claude Piéplu, ami et militant, nous a quittés
Le nouveau traité START entre en vigueur... Et après ?
La Commission Arabe des Droits Humains enquête à Gaza
Accord nucléaire provisoire entre l’Iran, les 5 membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne
APOCALYPSE NUCLEAIRE : MINUIT MOINS CINQ
9 août 1945 : Pourquoi Nagasaki ?
Démocratie nucléaire
Grève de la faim pour Michel Bernard, André Larivière et Dominique Masset

navigation motscles

Fukushima
La Coalition des Clowns Psychopathes
PANACHES RADIOACTIFS : Quels sont les risques attendus sur la France ?
Panache radioactif : COLERE ET INDIGNATION
Le Japon, le nucléaire et nous
Eva Joly aux EGMV : "La France doit sortir du nucléaire civil et prendre le leadership du désarmement nucléaire."
Sortir de la folie nucléaire
Fukushima : Compassion ou colère ?
Le Japon après le séisme, le tsunami et Fukushima : témoignages
Fukushima-sur-Gironde : Comment mOximiser les profits d’EDF et les risques pour la population
FUKUSHIMA : un drame et un avertissement

visites :  881079

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs