ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Elections > Elections 2007 > Echos de campagne > Sarkozy, Royal, et la bombe atomique
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Sarkozy, Royal, et la bombe atomique
COMMUNIQUE d’ACDN, 24 avril 2007


Publié le 24 avril 2007

En quelques secondes, les bombes atomiques peuvent anéantir des millions d’être humains, sans considération de nationalité. Pour sa part, la France déclare posséder 348 têtes nucléaires : environ 1,5 % de toutes celles qui menacent la planète. Ses TN75 font, chacune, 7 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima (qui fit 250 000 victimes), et ses ASMP, 22 fois Hiroshima. En cas de crise internationale, la décision de les employer devra être prise en quelques minutes par une seule personne : le chef de l’Etat. C’est vrai pour les neuf Etats nucléaires, même ceux qui se disent « démocratiques ».

On devine qu’une fois doté de tels pouvoirs de destruction, un homme ambitieux, agressif, violent, un aventurier habile et sans scrupules, représenterait un grave danger non seulement pour les peuples étrangers, mais même pour ses compatriotes. Pour désigner leur futur chef d’Etat, les citoyens français ne peuvent donc se déterminer seulement en fonction de promesses électorales, ils doivent aussi considérer la politique de défense et la personnalité de chaque candidat. L’élu pourrait entraîner le monde dans une catastrophe pire que celle due à Hitler, qui n’eut jamais d’armes nucléaires à sa disposition mais qui, faut-il le rappeler, est parvenu au pouvoir à la suite d’élections.

Les politiques de défense de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal se ressemblent. Tous deux veulent maintenir l’effort budgétaire actuel en faveur des armées (2 % du PIB), tous deux veulent poursuivre la construction de nouvelles armes nucléaires, tous deux semblent croire à la stratégie de dissuasion nucléaire, malgré toutes ses incohérences et bien qu’elle contrevienne à l’article VI du Traité de Non Prolifération et encourage de ce fait la prolifération des armes nucléaires (qu’ils affirment combattre).

Une différence de taille les oppose néanmoins : comme le parti socialiste, Mme Royal prône le retour à la doctrine française traditionnelle dite « de dissuasion », tandis que M. Sarkozy a adopté la doctrine formulée par Jacques Chirac à l’Ile Longue le 19 janvier 2006. C’est ce que révèlent ses trois lettres à ACDN, en particulier celle du 18 avril 2007 qui constitue un scoop. La nouvelle doctrine de MM. Chirac et Sarkozy multiplie les motifs d’emploi des armes nucléaires, puisque les « intérêts vitaux » qu’elles sont censées défendre ne se limitent plus à la défense du territoire national. Laissés à la libre appréciation du chef de l’Etat, ces « intérêts vitaux » incluent la prévention ou la vengeance d’attentats, l’interdiction faite à un Etat de se procurer des armes de destruction massive, la protection d’alliés, l’approvisionnement de la France en matières « stratégiques »... Pratiquement tout.

Une telle extension du champ d’application de la menace nucléaire la rend encore plus absurde, tout en rendant sa réalisation de plus en plus probable. Elle revient en effet à banaliser l’arme nucléaire, à en faire à la fois un outil de chantage politique et une arme de bataille, à priver les Etats non nucléaires de la traditionnelle « garantie négative » de ne jamais être attaqués avec des armes nucléaires tant qu’eux-mêmes n’en auraient pas. Autant de changements de discours stratégique calqués sur ceux de l’administration Bush, et qui contribuent à la prolifération nucléaire comme à l’insécurité mondiale.

Concernant la personnalité des deux candidats à l’Elysée et au Poste de Commandement nucléaire qu’il abrite (le « PC Jupiter »), nos compatriotes auront à évaluer laquelle des deux présente le moindre risque. Il est vrai qu’une mère de famille ne serait guère crédible le jour où elle menacerait d’anéantir des millions d’êtres humains (elle ferait mieux d’ailleurs de renoncer, comme 184 autres chefs d’Etat, à cette « posture dissuasive » et au gâchis financier qui va avec). Mais il est vrai aussi qu’un homme connu pour ses charges de cavalerie, ses provocations, ses colères, ses menaces, sa haute image de soi, et qui dès aujourd’hui se dit prêt à riposter par « une sanction immédiate » -nucléaire - à toute attaque contre les « intérêts vitaux » de « la France », ne serait pas des mieux placés pour garder son sang-froid en cas de crise grave. Il est en tout cas fort éloigné du bon sens du président Giscard d’Estaing, qui révèle dans ses mémoires (Le pouvoir et la vie, tome II, page 203-210) qu’il s’était résolu à ne jamais employer en premier l’arme nucléaire - en dépit de la « doctrine française ».

Vive la France ? Oui. Mais d’abord, vivent les Français et vivent les humains. NON à la terreur d’Etat, violence organisée. OUI A LA PAIX ET A LA VIE ! La France doit commencer à négocier le désarmement nucléaire général et contrôlé qu’exige le TNP.

Pour notre part, nous avions conclu avant le premier tour de l’élection que « Nicolas Sarkozy ne doit pas accéder à l’arme nucléaire » et que nous appellerions nos concitoyens à « ne voter en aucun cas pour lui ». Nous maintenons cette conclusion.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Scoop : A la veille du 1er tour, Nicolas Sarkozy écrit à ACDN pour préciser son programme de défense
Invalidation des candidatures de Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen ?
Ségolène Royal réprouve la prolifération horizontale mais approuve la prolifération verticale
François Bayrou veut-il vraiment le désarmement nucléaire ?
LETTRE OUVERTE aux candidates et candidats à la présidence de la République et au PC Jupiter

navigation motscles

ELECTIONS
Lettre à François Hollande, Eva Joly, et aux candidats déclarés à la présidentielle de 2012
Ségolène Royal : "la dénucléarisation de la planète, une vision que je partage".
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
DECLARATION DE VIENNE
FRANCE
APPEL DE CHERBOURG
Non à la guerre, non à l’OTAN !
Abolition des armes nucléaires : lettre au Président de la République
La France nucléaire, championne de la prolifération
Le désastre de la Base Avancée Falcon
La Flamme d’Hiroshima : un beau parcours en France
La campagne pour un référendum sur le désarmement nucléaire est lancée
Désarmement nucléaire : Français, réveillez-vous ! Réagissez à l’intox télévisée !
Si tu veux la paix, ne prépare pas la guerre
Le quadruple jeu de la politique nucléaire française
Nicolas Sarkozy
Pour un désarmement nucléaire mondial, seule réponse à la prolifération anarchique
100 personnalités du monde entier lancent la campagne « Global Zero »
Nicolas Sarkozy contre le désarmement nucléaire
Désarmement nucléaire et référendum : les positions des candidats
Une marée noire en Chine, une catastrophe en France, passées inaperçues
Il y a 30 ans : MORT D’UN MANIFESTANT CONTRE SUPERPHENIX
Le président Sarkozy prêt à soutenir "le bombardement de l’Iran"...
Le rêve méditerranéen de Nicolas Sarkozy : un cauchemar nucléaire
Le mauvais gag de la Force de frappe française
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français
Ségolène Royal

visites :  905583

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs